Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Les origines du village - Annexe 1

ANNEXE 1 :
Le testament de Sohier le Roux et les questions qu'il soulève

 

Préambule

L'abbé Decagny mentionne l'existence de ce testament dans son ouvrage et en cite quelques passages (pp. 32-33). Le site internet des Sohier (http://sohier.free.fr) en présente, parmi d'autres documents, le texte latin fourni par Arnaud Godet, qu'un ami latiniste, Joseph Laure, a bien voulu me traduire. J'ai alors signalé au responsable du site, Vincent Sohier, que cette version du testament était manifestement incomplète, si on la comparait aux indications données par Decagny.

Entre temps, je me suis rendu compte que ce testament figurait, apparemment dans son intégralité, dans l'ouvrage présenté par le même site et intitulé : "La véritable origine de la très ancienne et très illustre Maison des Sohier", daté de 1661 et dont l'auteur signe sous les initiales J.C.D.D. De plus ce texte avait été traduit, à une date non précisée, par Jean-Luc Sohier qui a intercalé sa traduction entre les pages du document (pp. 56a et 57 a).

On trouvera donc successivement dans cette Annexe :

  • le texte latin du testament tel qu'il se trouve dans l'ouvrage signé J.C.D.D.,
  • une présentation des différences entre ce texte de J.C.D.D. et celui présenté par Arnaud Godet,
  • une proposition de nouvelle traduction du texte de J.C.D.D. tenant compte de celles de Joseph Laure et de Jean-Luc Sohier,
  • une discussion sur les questions soulevées par ce testament.

Note : Vincent Sohier a récemment ajouté au site des Sohier les documents et commentaires que je lui ai envoyés.

Texte latin du Testament de Sohier inclus dans l'ouvrage de J.C.D.D. (1661)

(j'ai respecté la graphie utilisée dans ce texte : capitales, italiques, parenthèses, abréviations...)

In nomine Sante & individue Trinitatis. Amen.
Ego Sohierus, qui nominor Rufus de Viromandia, Castellanus Despauhensis, tam futuris quam presentibus in perpetuum. Cum non sit in hominis potestate mori, vel vivere, & humanitatis conditio fragilis continuo proclivis sit ad defectum, sciensque quod elemosina cum oratione extinguit peccatum non tantum viventium, sed etiam mortuorum, hinc est quod hoc scripto, universis ultimum voluntatis mee decretum notificari volo. Videlicet quod ego a Deo summo pro peccatis meis veniam contrito corde postulans, trado in perpetuam elemosinam Ecclesie, in qua corpus meum inhumabitur tres markas argenti, & ejusdem ministris duas. Item dono Ecclesie Santi Quintini quinque mea mancipia apud Fervakum, quia ibidem multi Majores mei corpore requiescunt, & novissime karissimus Pater meus EUDO, cum AVIDA Matre mea dilectissima. Item Ecclesie majori Cameracensi do apud Fontanas, mansum unum cum servis & ancillis, excepto Oitebardo quem liberum fieri volo, quia ibidem filius meus THIEBALDUS Decanum egit, ibidemque cum ipso jacet conjux mea ADELVIA HUGONIS MALOVICINI filia. Item Fratribus Sante +. ab ELLEBAUDO fratre mea nuper fundatis & dotatis (qui dicebatur RUBER) dono & contrado Allodem mei juris apud Kesteniers, & quidquid apud Buicierias jure hereditario possideo. Item Ecclesie Santi Petri ejusdem Civitatis mansum unum cum uno mancipio apud Avesnas oberti. Item Ecclesie Peronensi apud Meulanum mansum unum cum duobus servis & ancilla una. Item Ecclesie & Paupertati Despauhi unam markam, & tres uncias argenti annuatim. Quia autem non satis est Patrifamilias sua dispartire Ecclesijs terrestria, ut mereatur celestia, sed ipsi etiam incumbit pacem domesticam procurare, & conservare, ne per jurgia Deus offendatur, & concordia fratrum violetur, hinc est quod ego idem SOIHIERUS filijs meis, bona que michi Deus largitus est, dispartire ante obitum volui hoc modo. Primo do pro portione hereditaria AMALRICO primogenito meo, dicto RUFO Castellaniam meam Despauhi apud Viromanduos. Item terram meam in Pago Atrebatensi. Item terras de Liramonte, Dolavan, Markonvilla, Berticurte & Huchijs apud eosdem Viromanduos. Item do eodem A. torquem meum majorem aureum, cum gemmis tesselato Majorem meorum Viromandie Comitum scuto insignitum. Preterea do pro portione hereditaria HUGONI dicto SOHIERO secundo genito meo, terras meas de Herijs, Berelgijs, de Irio, Seregno, Malicurte, Cuignicurte, Salicimonte, Tilieto & Hainicurte tam in Pago Cameracensi quam Atreb. Item quintam partem terre mee de Choques, contra A. in dicto Pago Atreb.. Item de prenominato H. alium meum magnum torquem, cum gemmis Parmatica Stella decoratum, mihi a Philippe Rege nostro Augustissimo, solempniter collo aspensum, in cujus facti memoriam, idem Rex voluit, ut ego & heredes mei pro scuto Gentilitio, Unica in posterum dumtaxat Stella publice uteremur. Conjugi autem dicti A. nomine ADE CASTELLANI CAMER. FILIE, & LUCIE WASCONIS DE TOROTA FILIE predicti H. Conjugi, do annulos, armillas, inaures, viriolas, omnesque ornatus gemmarum & auri quibus in diebus suis fuit precincta, & ornata Conjux mea A. Item do BALDUINO dicti A. filio torquem aurem ponderis duarum librarum, tesselato scuto Viromanduorum Comitum ornatum. Item do WALTERO dicti H. primogenito torquem aureum ponderis itidem duarum librarum, aut circiter ab Hug. Capeto Galliarum Monarcha ; OTHONI proavo meo donatum. Item ADE DE CAMBRAIO dicti W. Conjugi do par armillarum ab avia mea ALIDE mihi datum. Item THIOBALDO fratri W. do ensem mihi datum a PETRO dicto SOIHERO Patrino meo, HERBERTI avi mei Viromanduaorum Principis fratri natu minimo. Item do JOHANNI DE SANTO SIMONE fratris mei EUDONIS agnomine FARINI filio, alium ensem meum. Item do IDE Conjugi dicti THIOB. Hugonis d'Aubeugni dicti Haveti filie, par minimum viriolarum. Quantum a Armigeros, servientesque meos condigne remunerados, debitaque mea solvenda, illa codicillo meo aperui sufficienter. Ad hoc ultimum meum beneplacitum, firmiter meum publicum imprimi jussi sigillum, illudque testium idoneorum autoritate comprobari. S. Gerardi Cam. Epi Cognati mei Reverendissimi. S. Alardi Archidiaconi. S. Hugonis Comitis Viromanduorum. S. Anselmi de Ribaumonte. Walteri Castellani. Walteri Duacensis. Hugonis de Houdeng. Walteri de Perona. Manassis de Buthunia Cognatorum meorum. S. Walteri de Tonitru. Razonis. Onulfi. Anselmi Casatorum Epi. Actum Cameraci Anno Domini M° Octuagesimo. Presulatus Domini G. quarto. Regni vero P. Francorum Regis Aug. decimo octavo.
Aufridus Archicapellanus recognovit.

Différences avec le texte de J.C.D.D. et celui transmis par Arnaud Godet

En bleu : passages ou mots absents dans le texte transmis par Arnaud Godet
En rouge : mots différents dans le texte transmis par Arnaud Godet

(j'ai respecté la graphie du texte de J.C.D.D.: capitales, italiques, parenthèses, abréviations...)

In nomine Sante & individue Trinitatis. Amen.
Ego Sohierus, qui nominor Rufus de Viromandia, Castellanus Despauhensis, tam futuris quam presentibus in perpetuum (in futurum). Cum non sit in hominis potestate mori, vel vivere, & humanitatis conditio fragilis continuo proclivis sit ad defectum, sciensque quod elemosina cum oratione extinguit peccatum non tantum viventium, sed etiam mortuorum, hinc est quod hoc scripto, universis ultimum voluntatis mee decretum notificari volo. Videlicet quod ego a Deo summo pro peccatis meis veniam contrito corde postulans, trado in perpetuam elemosinam Ecclesie, in qua corpus meum inhumabitur tres markas argenti, & ejusdem ministris duas. Item dono Ecclesie Santi Quintini quinque mea mancipia apud Fervakum, quia (qui) ibidem multi Majores mei corpore (corpora) requiescunt, & novissime karissimus Pater meus EUDO, cum AVIDA Matre mea dilectissima. Item Ecclesie majori Cameracensi (Camiracensi) do apud Fontanas, mansum unum cum servis & ancillis, excepto Oitebardo (Oiteberto) quem liberum fieri volo, quia ibidem filius meus THIEBALDUS Decanum egit, ibidemque cum ipso jacet conjux mea ADELVIA HUGONIS MALOVICINI filia. Item Fratribus Sante +. ab ELLEBAUDO fratre mea nuper fundatis & dotatis (qui dicebatur RUBER) dono & contrado Allodem mei juris apud Kesteniers, & quidquid apud Buicierias jure hereditario possideo. Item Ecclesie Santi Petri ejusdem Civitatis mansum unum cum uno mancipio apud Avesnas oberti. Item Ecclesie Peronensi apud Meulanum mansum unum cum duobus servis & ancilla una. Item Ecclesie & Paupertati Despauhi unam markam, & tres uncias argenti annuatim. Quia autem non satis est Patrifamilias sua dispartire Ecclesijs terrestria, ut mereatur celestia, sed ipsi etiam incumbit pacem domesticam procurare, & conservare, ne per jurgia Deus offendatur, & concordia fratrum violetur, hinc est quod ego idem SOIHIERUS (Sohierus) filijs meis, bona que michi Deus largitus est, dispartire ante obitum volui hoc modo. Primo (primum) do pro portione hereditaria AMALRICO primogenito meo, dicto RUFO Castellaniam meam Despauhi apud Viromanduos. Item terram meam in Pago Atrebatensi. Item terras de Liramonte, Dolavan, Markonvilla, Berticurte & Huchijs apud eosdem Viromanduos. Item do eodem (eidem) A. torquem meum majorem aureum, cum gemmis tesselato Majorem meorum Viromandie Comitum scuto insignitum. Preterea do pro portione hereditaria HUGONI dicto SOHIERO secundo genito meo, terras meas de Herijs, Berelgijs, de Irio, Seregno, Malicurte, Cuignicurte, Salicimonte, Tilieto & Hainicurte tam in Pago Cameracensi quam Atreb. (Atrebatensi). Item quintam partem terre mee de Choques, contra A. in dicto Pago Atreb. (Atrebatensi). Item de (do) prenominato H. alium meum magnum torquem (aureum), cum gemmis Parmatica Stella decoratum, mihi a Philippe Rege nostro Augustissimo, solempniter collo aspensum, in cujus facti memoriam, idem Rex voluit, ut ego & heredes mei pro scuto Gentilitio, Unica in posterum dumtaxat Stella publice uteremur. Conjugi autem dicti A. nomine ADE CASTELLANI CAMER. FILIE, & LUCIE WASCONIS DE TOROTA FILIE predicti H. Conjugi, do annulos, armillas, inaures, viriolas, omnesque ornatus gemmarum & auri quibus in diebus suis fuit (fecit) precincta, & ornata (Karissima) Conjux mea A. Item do BALDUINO dicti A. filio torquem aurem (aureum) ponderis duarum librarum, tesselato scuto Viromanduorum Comitum ornatum. Item do WALTERO dicti H. primogenito torquem aureum ponderis itidem duarum librarum, aut circiter ab Hug. (Hugoni) Capeto Galliarum Monarcha ; OTHONI proavo meo donatum. Item ADE DE CAMBRAIO dicti W. Conjugi do par armillarum ab avia mea ALIDE mihi datum. Item THIOBALDO fratri W. do ensem mihi datum a PETRO dicto SOIHERO (Sohiero) Patrino meo, HERBERTI avi mei Viromanduaorum Principis fratri natu minimo. Item do JOHANNI DE SANTO SIMONE fratris mei EUDONIS agnomine FARINI filio, alium ensem meum. Item do IDE Conjugi dicti THIOB. (Thiobaldi) Hugonis d'Aubeugni (d'Aubegni) dicti Haveti filie, par minimum viriolarum. Quantum a Armigeros, servientesque meos condigne remunerados, debitaque mea solvenda, illa codicillo meo aperui sufficienter. Ad hoc ultimum meum beneplacitum, firmiter meum publicum imprimi jussi sigillum, illudque testium idoneorum autoritate (auctoritate) comprobari. S. Gerardi Cam. Epi Cognati mei Reverendissimi. S. Alardi Archidiaconi. S. Hugonis Comitis Viromanduorum. S. Anselmi de Ribaumonte. Walteri Castellani. Walteri Duacensis. Hugonis de Houdeng. Walteri de Perona. Manassis de Buthunia Cognatorum meorum. S. Walteri de Tonitru. Razonis. Onulfi. Anselmi Casatorum Epi. Actum Cameraci Anno Domini M° Octuagesimo (MLXXX). Presulatus Domini G. quarto. Regni vero P. Francorum Regis Aug. decimo octavo.
Aufridus Archicapellanus recognovit.

Proposition de traduction du testament de Sohier le Roux

Proposition élaborée à partir des traductions de Jean-Luc Sohier (plus littéraire) et de Joseph Laure (plus littérale).
J'ai préféré garder les noms de lieux tels qu'ils apparaissent dans le texte (Fervakum, Fontanas, etc.), leur identification n'étant pas toujours certaine ; même chose pour la forme les noms de personnes : Walter et non Gauthier, etc.
Les points d'interrogation signalent une autre traduction possible.

"Au nom de la Sainte et indivise Trinité. Amen. Moi Sohier, dit le Roux (Rufus) de Vermandois, Châtelain d'Épehy, pour toujours, tant l'avenir que le présent.
Comme il n'est pas du pouvoir de l'homme de mourir ou de vivre et que la fragile condition humaine est une descente continue vers la disparition, et sachant aussi que l'aumône et la prière effacent le péché, non seulement des vivants, mais aussi des morts, voilà pourquoi ce que j'écris ici est l'ensemble de mes dernières volontés, que je veux faire connaître.
C'est pourquoi, en suppliant le Dieu suprême pour les péchés, de tout cœur et avec contrition, je lègue en aumône perpétuelle à l'église dans laquelle mon corps sera inhumé trois marcs d'argent, et deux marcs aux ministres de celle-ci. Je donne mes cinq propriétés près de Fervakum à l'église de Saint-Quentin parce que beaucoup de mes ancêtres y reposent, et tout récemment mon très cher père Eudes, avec ma mère très aimée Avida.
Je donne à la cathédrale de Cambrai une grande maison (une ferme ?) près de Fontanas, avec les serfs et les servantes, - à l'exception de Oitebert que je veux affranchir - parce que c'est là que repose mon fils le doyen Theobald ainsi que mon épouse Adèle, fille de Hugues de Mauvoisin.
Au frères de la Sainte-Croix, récemment fondés et dotés par mon frère Ellebaud (dit Le Rouge), je donne et cède l'alleu sous ma juridiction près de Kesteniers, et ce que je possède par héritage, près de Buicieriae.
À l'église Saint-Pierre de la même ville, je donne une grande maison (une ferme ?) avec une propriété aux environs d'Avesnae oberti.
À l'église de Perona, je donne une une grande maison (une ferme ?) près de Meulanum, avec deux serfs et une servante.
À l'église et aux pauvres d'Épehy un marc et trois onces d'argent chaque année.
Or, parce qu'il ne suffit pas au chef de famille de distribuer à l'Église ses biens terrestres pour mériter ceux du ciel, mais qu'il lui incombe aussi de donner et conserver la paix de sa maison, pour que Dieu ne soit pas offensé par des disputes et que la bonne entente entre frères ne soit pas rompue, voici pourquoi avant ma mort, moi Sohier, j'ai voulu répartir entre mes fils tous les biens dont Dieu m'a comblé.
En premier lieu, je donne comme part d'héritage à mon fils aîné Almaric, dit le Roux, ma châtellenie d'Épehy, dans le Vermandois. De même ma terre en Artois. De même les terres de Liramonte, Dalovan, Markonvilla, Berticurte et Huchijs, dans le même Vermandois. Je donne à ce même Almaric mon plus grand collier d'or, incrusté de pierres précieuses, marqué du blason de mes ancêtres les comtes de Vermandois.
Ensuite, je donne comme héritage à mon second fils Hugues, dit Sohier, mes terres de Herijs, Berelgeijs, de Irio, Seregno, Malicurte, Cuignicurte, Salicimonte, Tilieto et Hainicurte, tant en Cambrésis qu'en Artois. De même le cinquième de mes terres de Choques, sur la part d'Almaric, dans le dit Artois. De même, au dit Hugues, mon autre grand collier, avec pierres précieuses décoré d'une étoile de Parme, qui a été passée à mon cou solennellement par notre roi très auguste Philippe, en souvenir de quoi ce roi a voulu que moi-même et mes héritiers nous utilisions désormais en public comme blason familial uniquement cette étoile.
En outre, à l'épouse d'Almaric dénommée Ada, fille du Châtelain de Cambrai, et à celle d'Hugues, Lucie, fille de Gascon de Thorote, je donne les anneaux, bracelets, boucles d'oreille, bagues et tous les bijoux ornés d'or et de pierres précieuses dont en son temps se parait mon épouse Adèle.
De même, à Baudoin, fils du dit Almaric, je donne un collier d'or pesant deux livres, serti de pierres précieuses et orné du blason des comtes de Vermandois.
De même, à Walter, fils aîné du dit Hugues, un collier d'or pesant lui aussi deux livres, ou à peu près, donné par Hugues Capet, roi des Gaules, à mon arrière-grand-père Othon.
De même, à Ada de Cambrai, épouse du dit Walter, je donne une paire de bracelets que m'avait donnés ma grand-mère Alide.
De même, à Thiobald, frère de Walter, je donne l'épée de mon grand-père Herbert, qui m'a été donnée par mon parrain Pierre, dit Sohier, le plus jeune frère du Comte de Vermandois.
De même, je donne mon autre épée à Jean de Saint-Simon, fils de mon frère Eudes surnommé Farin.
De même, je donne à l'épouse du dit Thiobald, Ide, fille d'Hugues d'Aubeugni, dit Havetus, une paire de petits bracelets.
Quant à mes hommes d'armes et mes serviteurs, j'assigne par un codicille suffisamment de fonds pour qu'ils soient convenablement payés ainsi que pour rembourser mes dettes.
J'ai ordonné que ces dernières volontés qui sont les miennes soient attestées par la ferme apposition de mon sceau public, et que cela soit validé par l'autorité de témoins compétents.
Réverendissime Gérard, Évêque de Cambrai, mon beau-frère,
Alard, Archidiacre
Hugues, Comte de Vermandois
Anselme de Ribaumonte,
Walter de Castellani
Walter de Duacensis,
Hugues de Houdeng,
Walter de Peronna,
Manassis de Bethunia, qui sont de ma parenté,
Walter de Tonitru,
Razonus, Onulfus et Anselmus, chambellans de l'Évêque.
Acté à Cambrai, en l'an du Seigneur Mil quatre vingt, en la quatrième année de gouvernement du Seigneur Gérard (de dom Gérard ?), en la dix-huitième année du règne de l'auguste roi de France Philippe.
Revu par Aufridus, archichapelain."

Trad. André Franqueville. 2007.

Discussion des questions soulevées par le testament de Sohier le Roux de Vermandois

1/ La forme

La présentation du texte (peut-être d'Arnaud Godet) nous apprend que ce document est déposé à la bibliothèque de Soissons et que Sohier le Roux est seigneur de Serain en 1080. Pourtant le testament ne contient aucune indication en ce sens, sinon qu'il possède des terres en ce lieu, la seule châtellenie évoquée étant celle d'Épehy.

D'autre part, il est surprenant que ce texte, en dépit de son importance, ait été apparemment transcrit avec une certaine désinvolture dans sa "version Godet": mots changés, passages non repris. Si certaines différences entre les deux textes sont anodines, notamment quand elle portent sur un mot, par contre les omissions relevées posent question quand elles concernent des phrases entières.

Les passages manquant concernent notamment le don aux Frères de la Sainte-Croix, les dons de sommes d'argent à l'église de Péronne, à l'église et aux pauvres d'Épehy, et encore quelques autres dons et héritiers (Ada, épouse d'Almaric, Ada, épouse de Walter) et, lacune plus gênante encore pour un testament officiel, l'absence de toute mention de témoins.

On observe également une curieuse dissymétrie dans la composition de ce testament. L'auteur prend un soin extrême à préciser la provenance des bijoux et objets qu'il lègue, occasion de donner la liste de ses aïeux autant que celle de ses descendants, tandis qu'aucune justification d'origine n'est apportée concernant les biens immobiliers, château, terres et propriétés diverses, dont on peut cependant penser que l'intérêt et la valeur économique devaient être, pour le moins, aussi considérables.

Enfin il serait intéressant que soit menée une tude précise du vocabulaire de ce testament, notamment que soit vérifié par un spécialiste si le latin utilisé est réellement celui du XIe siècle et cela pour l'ensemble du texte. En ce sens, par exemple, l'expression "Ida de Cambraio", pour Ida de Cambrai (d'ailleurs supprimée dans la "version Godet"), est très vraisemblablement un néologisme, Cambrai étant alors dénommé Cameracum comme indiqué dans le reste du document.

2/ Le fond

Assez convaincant quand on se contente de le considérer en lui-même, ce testament soulève de sérieuses difficultés dès que l'on cherche à le confronter aux chronologies des dynasties des comtes de Vermandois et des Sohier.

- Des problèmes de chronologie :

Si l'on admet, en effet, que Sohier le Roux a réellement vécu, comme indiqué sur le site familial, entre 1025 et 1097, l'ensemble du texte semble assez cohérent, avec cependant cette restriction qu'une telle longévité (72 ans) paraît assez peu crédible pour l'époque (l'espérance de vie commune à l'époque et dans ce milieu se situait vers les 50 ans). Il aurait rédigé son testament à l'âge de 55 ans et, selon ce testament, son épouse était alors déjà décédée.

Par contre, toujours selon le site Sohier, les parents de Sohier le Roux (Eudes l'insensé et Avida) sont décédés en 1085 alors que le testament, daté de 1080, les présente comme déjà décédés. Plus gênant, ses deux enfants Almaric et Hugues sont réputés nés en 1040, ce qui est est difficilement admissible puisque Sohier n'avait alors que 15 ans.

Supposons donc qu'ils sont plutôt nés vers 1045-1050. Ils ont eux-mêmes des enfants présentés dans le testament : un seul pour Almaric (Baudoin), et, selon Le Carpentier, sept pour Hugues (Walter – ou Gauthier - et Théobald – ou Thibaud – cités dans le testament étant les aînés)1 qui peuvent donc être nés vers 1065-1070 et avoir tout au plus 10 à 15 ans en 1080. Mais que l'un d'eux, Théobald, ait alors déjà épousé Ida de Cambrai à qui Sohier donne des bracelets, paraît extrêmement douteux.

- Autres questions :

- Comment Hugues Capet, roi jusqu'en 996, peut-il avoir fait don d'un collier à Othon Ier (bisaïeul de Sohier), puisque ce dernier est né en l'an 1000... à moins de considérer qu'Othon soit né en 979 (cf. site Sohier), mais son frère aîné Albert II, auquel il succède, est lui-même né en 985...

- Pierre de Vermandois, que Sohier appelle son parrain, est le frère puîné du grand-père de Sohier, Herbert IV, lui-même né en 1032. Pierre est donc né après 1032 (sans doute après 1036, dans la mesure où un autre frère, Eudes Ier Pied de Loup, est né en 1034), et avant 1045, date de la mort de leur père Othon. Il ne peut donc avoir été parrain de Sohier si celui-ci est né en 1025. En résumé, si l'on se limite à l'examen de la descendance de Sohier et si l'on veut bien admettre que les incohérences citées sont d'importance minime, l'ensemble du testament peut paraître recevable. Par contre, si l'on tente de situer ce testament dans la généalogie des comtes de Vermandois, de sérieuses difficultés de chronologie apparaissent.

- De sérieuses difficultés :

L'année du mariage du comte Herbert IV est 1060, et celle de la naissance de sa fille Adelaïde ou Alix est 1062. Ces deux dates étant connues et sûres, le fils aîné d'Herbert, Eudes dit l'insensé, doit donc être né au plus tôt vers 1060-1061 (1060 selon le site Sohier). Le fils d'Eudes l'insensé, Sohier le Roux, ne pourrait alors être né, au plus tôt, que vers 1080, ce qui invalide la date de son testament de même que les dates habituellement retenues pour sa naissance et sa mort (1025 et 1097) et ne concorde plus avec les dates admises pour ses enfants et petits-enfants.

Cette constatation selon laquelle Sohier le Roux, s'il est fils de Eudes, ne peut être né avant 1080 étant faite (ce qui reporterait la rédaction du testament vers 1130, compte tenu d'une probable espérance de vie de 50 ans), quelques autres conséquences en découlent concernant des personnages cités dans le testament.

- Philippe Ier est roi de 1060 à 1108. Selon le testament, il a attribué à Sohier l'Ordre de Étoile en 1070 selon Le Carpentier, ce qui n'est pas possible.

- Par contre, Pierre de Vermandois pourrait effectivement être le parrain de Sohier si celui-ci est né après 1080, et non pas en 1025.

- Le testament mentionne que les parents de Sohier, Eudes et Adelvia, sont inhumés en l'église de Saint-Quentin, la mort de Eudes étant présentée comme toute récente. Or le site Sohier donne l'année 1085 pour leur décès, ce qui plaiderait pour un testament postérieur à cette date, mais avec les impossibilités énoncées ci-dessus.

- Les problèmes de fond :

Cette énumération, très répétitive, de legs, quelquefois sans grande valeur, apparaît nettement comme une façon de pouvoir mettre en scène non seulement les héritiers mais aussi et surtout tous les ascendants supposés de Sohier et de prouver ainsi la noblesse de sa généalogie. La graphie utilisée (italiques) pour faire ressortir les liens de parenté vient encore renforcer cette mise en scène. Les héritiers et les legs ne sont énumérés comme à plaisir, que dans la mesure où ils permettent de nommer les ascendants.

Par contre, on peut penser que les mentions de biens fonciers légués aux héritiers soient réellement des parties originelles du testament, gardées parce que supposées révéler la richesse et la puissance du seigneur, bien que, hormis les propriétés de Fervakum, elles apportent peu à la thèse défendue.

De même l'analyse des omissions relevées dans la "version Godet" vient renforcer cette impression d'une thèse à défendre. Les passages non repris semblent bien être ceux qui, après examen, ne pouvaient servir à prouver l'origine carolingienne de Sohier (dons à Kesteniers, Péronne, Épehy), ou même étaient susceptibles d'introduire un doute, de révéler une possible invraisemblance (les deux Ada de Cambrai) ou même une authenticité discutable. Ainsi la suppression des témoins pourrait s'expliquer par le fait qu'ils sont presque tous dits parents de Sohier, ce qui tendrait à invalider le testament, même si les principaux personnages nommés ont bien vécu à la date présumée du testament (1080).

Que la signature du testament ait été officialisée à Cambrai (rapporté par les deux versions du testament), et non pas à Saint-Quentin ou dans une autre ville du comté du Vermandois, est assez étrange s'il s'agissait réellement d'un seigneur proche parent et suzerain des comtes du Vermandois. Il est peu vraisemblable que le comte Hugues, frère du roi, ait fait un tel déplacement pour être témoin du petit seigneur d'Épehy, alors que les relations entre les deux comtés étaient alors plutôt celles d'une compétition belliqueuse pour l'extension de leurs domaines respectifs. Pour la même raison est peu crédible la caution apportée à ce testament par le comte-évêque de Cambrai (en l'occurrence Gérard II), alors que ce seigneur relevait normalement de l'évêché de Noyon. Quant au témoignage apporté par les deux chambriers (ou chambellans) de l'évêque, la chose peut paraître surprenante compte-tenu du contexte social de l'époque, celui d'une société très inégalitaire et strictement hiérarchisée, mais on peut la rapporter à une évolution constatée, selon G. Duby (1987, p.201), même pour les actes royaux de l'époque : la montée du pouvoir des "officiers" (chancelier, sénéchal, chambrier...) face à celui de la parenté et des nobles. Ici les uns et les autres sont nommés, ce qui ne confirme ni n'infirme l'authenticité du document.

3/ Vers une nouvelle approche

Les problèmes posés par ce testament tel qu'il nous a été transmis, ne sont donc pas anodins. Pour tenter de les résoudre, plusieurs pistes sont envisageables, mais on ne voit pas comment celle selon laquelle Sohier est un fils de Eudes l'insensé pourrait être retenue.

Quelques propositions pour une nouvelle approche :

- On peut considérer que les dates de naissance et de décès retenues pour Sohier le Roux (1025-1097) ne sont pas les bonnes. En effet, la donation des terres de Fervacques à l'église de Saint-Quentin et celle des terres de Saudemont à son deuxième fils Hugues, toutes deux mentionnées parmi les dernières volontés de Sohier, apparaissent dans d'autres documents comme effectivement réalisées autour de 1060, ce qui autoriserait à retenir cette date comme celle de sa mort2.

Une indication en ce sens semble donnée, à l'insu de son auteur, dans une "Étude faite en 1934 par Georges Deviolaine sur les origines de la Famille Sohier" (http://sohier.free.fr/deviolaine.htm - point XXII) qui, tout en reprenant la thèse de J.C.D.D., signale incidemment que l'année 1080 est celle de la charte renfermant ce testament ("Ainsi le constate la charte de l'an 1080 qui renferme son testament..."). On peut dès lors supposer que le testament lui-même soit antérieur à cette date, mais ait été ensuite intégré (par qui et quand ?) à cette charte elle-même écrite en 1080. Il aurait pu alors être remanié et complété dans le sens indiqué ci-dessus.

- Si l'on retient donc que la date de la mort de Sohier doit se situer vers 1060, et qu'il ait vécu une cinquantaine d'années, sa naissance se placerait alors vers 1010 (ce qui en ferait contemporain de Othon Ier), et ses enfants seraient nés vers et après 1030-1035, ses premiers petits-enfants vers 1050-1055, ce qui rend ainsi plus vraisemblable que, par un testament écrit vers 1060, il accorde à ces derniers une part de son héritage. Que l'un d'eux, Théobald, soit alors déjà marié avec Ida reste cependant peu plausible.

- En fonction de cette hypothèse, on peut considérer que l'apparentement éventuel de Sohier le Roux aux comtes de Vermandois devrait être recherché dans les générations nettement plus en amont que celle de Eudes l'insensé. Ou bien, au contraire, il faut considérer que l'ascendance de Sohier le Roux donnée par l'auteur J.C.D.D. (1661) et par Le Carpentier (1664), malheureusement sans dates précises, et reprise par Decagny et le site Sohier, n'est pas la bonne.

Il existe à mon, avis, dans la forme comme dans le fond de ce testament, suffisamment d'indices pour autoriser à penser que le contenu en a été remanié et augmenté, pour ne pas dire bricolé, cela dans une intention précise, celle de prouver que la Maison Sohier est d'origine noble, membre de la famille des Comtes de Vermandois (et, au-delà, se rattache aux Carolingiens) et qu'elle a donc été écartée injustement par le roi de ses droits sur ce Comté. C'est là, explicitement, le propos de l'auteur J.C.D.D., de même que celui de son contemporain Le Carpentier qui s'en est inspiré directement.

En conclusion de cette série d'observations, mon sentiment est que Sohier le Roux serait plutôt simplement un seigneur local, sans doute puissant, mais sans lien de parenté avec les comtes de Vermandois et relevant plutôt du comte-évêque de Cambrai (d'où le lieu de la signature), même s'il reste connu par le même surnom que Pierre, l'un des membres de cette famille. Cette dénomination commune aux deux personnages aurait alors été fort intelligemment utilisée par des généalogistes pour étayer la thèse de l'usurpation dont la famille Sohier aurait été victime, et surtout celle de ses racines carolingiennes, de façon à plaider en faveur de l'anoblissement du baron et "très illustre seigneur Constantin Sohier".

Une conclusion certes provisoire, et qui appelle d'autres recherches...

Notes :
1 La généalogie Sohier ne donne que 4 enfants à Hugues, avec d'autres noms (dans l'ordre de naissance : Adam Ier, Eve, Hawise et Gaultier qui serait le plus jeune). Alix ou Adélaïde, la sœur de Eudes l'insensé, n'est d'ailleurs pas mentionnée non plus dans cette généalogie. L'auteur J.C.D.D. (1661) mentionne Watier – Walter -, Thiebold - Thibaud - et Eve.
2 En considérant comme probable que le Salicimonte mentionné dans le testament corresponde au village de Saudemont, le mot salicitum (saulaie, lieu où poussent des saules) ayant dérivé en sau... en langue picarde (Chaurand, Lebègue, o.c., p. 156).


Date de création : 30/07/2009 @ 21h48
Dernière modification : 06/08/2009 @ 22h14
Catégorie : Les origines du village
Page lue 1009 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par Emmanuel le 10/09/2009 @ 17h47

Formidable étude sur la vérification des dates en ce qui concerne le testament de Sohier le Roux !

Le Carpentier est un habile farceur pour certains mais le doute subsiste toujours.

J'ai une question sur le reste de la descendance de Sohier le Roux.

Est elle plus fiable et prouvée ?

Notament sur la famille de Rosel qui est une aliance des Sohier.

Merci pour votre fantastique travail !

k

Haut