Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
19 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 20 - Bravo les filles...

20 – Bravo les filles...

Le programme de théâtre ci-dessous présente une particularité très intéressante, et même plusieurs particularités. Allez-vous trouver ?

Fig.1. Programme de 1942 (coll. C. Saunier).
Fig.1. Programme de 1942 (coll. C. Saunier).
 

Ne jouons pas davantager aux devinettes, voici ce dont il s'agit :

Nous sommes en avril 1942, et la matinée (ou soirée) théâtrale est donnée au profit des prisonniers de guerre d'Épehy dont nous n'avons pas le nombre.

Quatre pièces ou sketches sont prévues, et quatre chœurs apportent leur concours mais sont de trois origines : le chœur des Petites (ce devait être très mignon !), le chœur des Benjamines, et le chœur des Jacistes (membres de la Jeunesse Agricole Chrétienne – JAC). En outre, cinq chants (ou poèmes, on ne sait) sont présentés par cinq demoiselles différentes.

DEMOISELLES : le mot est lâché !
Sur ce programme comme sur la scène, en effet, vous ne verrez pas un seul garçon, pas un seul homme... et c'est sans doute voulu ainsi. Rien que des filles, des gamines et des demoiselles, on en dénombre pas moins de vingt-six ! Il a donc fallu trouver des pièces où les hommes n'intervenaient pas !

Très certainement tout ce monde avait, dans sa famille, un père, un frère ou un cousin prisonnier, et on imagine bien que toutes on joué pour eux de tout leur cœur.

Quant aux noms des auteurs des pièces et œuvres présentées, la plupart ne sont pas passés à la postérité et nous sont aujourd’hui inconnus, à l'exception, bien sûr, de Frédéric Chopin ("Intimité" par Renée Thierry), de Joseph Folliet (1903-1972), journaliste, écrivain, animateur de mouvements de jeunesse catholiques comme le montre ce programme, fondateur de La Vie Catholique, devenu prêtre 4 ans avant sa mort1, et aussi de René Duverne (1893-1974), alias Pierre Régis, qui écrivit de nombreux romans populaires et quelques pièces de théâtre, généralement d'inspiration chrétienne. Aucun nom d'auteur n'est donné pour "Vingt ans" par Andrée Chéry, "Henriette prend ses précautions", "Printemps" par Nelly Herlemont, ni pour "Pulchérie est demandée en mariage", mais pour cette dernière pièce, Raphaël Wiart, de l'association "Cambrésis Terre d'Histoire", nous signale qu'il s'agit d'une comédie-bouffe pour jeunes filles, en un acte, publiée par É. Ritier (alias Henri Moutier) et datant au moins de 19262.

Nous ne savons rien non plus des animatrices qui ont organisé cette manifestation, mais on peut supposer que les responsables de la JACF de l'époque y furent pour quelque chose. Peut-être furent- elles aussi les auteurs des dernières pièces ?

Pour suivre dans la vie nos demoiselles actrices de cette représentation, voici leur nom d'épouse, tout au moins pour celles que nous avons pu retrouver.

                     Anita Santi : épouse Caumont                                 Andrée Chéry : épouse Labarthe
                     Janine Objois : ?                                                    Denise Loiseaux : épouse Trinquet
                     Thérèse Leconte : ?                                               Geneviève Thierry : épouse Houtman
                     Monique Leconte : religieuse                                   Paulette Leconte : ?
                     Gisèle Roland : épouse Pertriaux                              Thérèse Tricot : épouse Dechoot
                     Micheline Levant : épouse Leconte                           Monique Marquant : épouse Despagne
                     Geneviève Leconte : ?                                             Bernadette Delaplace : épouse Schovaert
                     Mireille Dubois : ?                                                  Nicole Levant : épouse Sauvage
                     Jacqueline Cknocaert : épouse Cazier                        Renée Thierry : épouse Soufflet
                     Nelly Herlemont : épouse Louvat                              Simone Droulez : épouse Liquette
                     Marie-Jeanne Martin : ?                                           Cécile Fournet : épouse Isèbe
                     Renée Objois : épouse Cocrelle                                 Janine Ledez : épouse Guyot
                     Marie-Thérèse Cocrelle : ?                                       Geneviève Objois : ?

Espérons que ce document éveillera quelques beaux souvenirs de cette journée lointaine... et que nos lecteurs nous aideront, encore une fois, à supprimer quelques points d'interrogation...
 

Bravo les filles... suite (et fin ? ?)

Y eut-il à Épehy d'autres manifestations de ce genre au bénéfice des prisonniers de guerre, ou bien s'agissait-il d'une initiative isolée ?

Lectrice fidèle et attentive, Francine Delauney a déniché pour nous, parmi ses trésors photographiques familiaux, la preuve qu'au moins une autre représentation théâtrale a été donnée dans le même objectif, vers 1942-43. La chose est d'autant plus certaine qu'elle faisait partie des actrices, comme en témoigne la photo ci-dessous !
Cette fois, elles étaient certainement un peu plus jeunes que celles de 1942, ce qui nous vaut bien des sourires. La photo est prise dans le jardin de l'école, entre la salle des fêtes et l'école des garçons.

Fig.2. Les jeunes actrices, 1942-1943 (?) (Coll. F. Delauney).
Fig.2. Les jeunes actrices, 1942-1943 (?) (Coll. F. Delauney).

Les actrices sont, de gauche à droite :
- assises au 1° rang : Henriette Herlemont, Francine Delauney
- debout au 2° rang : Pierrette Seguin, Hélène Marotte, Monique Godelier, Gaby Prévost, Gisèle Rombaud, Huguette Mesnil,
- debout au 3° rang : Hélène (?) Bridoux dans le rôle du prisonnier.

Merci à Francine qui a pris l'initiative de nous envoyer cette belle photo.
Mais, avez-vous remarqué sa poupée ? Elle est de marque Raynal et se dénomme "Rosette", un cadeau de Raoul Trocmé apitoyé par les larmes de Francine qui avait perdu la précédente dans les aventures de l'exode de 1940... et l'a gardée depuis lors...

 

 

Notes :
1 Le bon mot suivant de Joseph Folliet est resté célèbre : "Bienheureux celui qui sait rire de lui-même, il n'a pas fini de s'amuser..."
2 Courriel du 10.07.2010.


Date de création : 28/06/2010 @ 15h24
Dernière modification : 16/12/2011 @ 11h15
Catégorie : Instantanés
Page lue 631 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut