Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 26 - Vitrines

26 – Vitrines

Il y a 30 ans, les habitants d'Épehy trouvaient encore sur place, grâce aux magasins locaux, les produits essentiels (alimentation, équipement) nécessaires à la vie quotidienne. Les deux vitrines ci-dessous en témoignent, parmi d'autres.

Depuis, la généralisation des grandes et moyennes surfaces dans les villes et chefs-lieux de cantons, les a effacés du paysage villageois, supprimant autant d'emplois et rendant indispensable les déplacements en voiture.

Fig. 1. Vitrine du magasin d'électro-ménager Isèbe,  un soir de retraite aux flambeaux, vers 1980 ? (Photo C. Saunier).
Fig. 1. Vitrine du magasin d'électro-ménager Isèbe,
un soir de retraite aux flambeaux, vers 1980 ? (Photo C. Saunier).
Avec la chemise à carreaux, Roland Isèbe, à sa gauche, Mme Capart, et devant Mlle Dermy.

Fig. 2. Vitrine de l'épicerie Verdière, mars 1979 (Photo C. Saunier).
Fig. 2. Vitrine de l'épicerie Verdière, mars 1979 (Photo C. Saunier).

Redécouvrira t-on un jour les avantages des commerces de proximité ?


Date de création : 15/08/2010 @ 10h46
Dernière modification : 17/08/2010 @ 18h42
Catégorie : Instantanés
Page lue 701 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par ericisebe le 03/12/2012 @ 21h44

Sur la photo devant le magasin de mes parents. Ce n'est pas Mme capart et Mlle dermy.  C est mon père la dame de profil ma mère  Cécile Isebe fournet et les deux jeunes gens sont les correspondants allemand de ma sœur Marie Dominique, klaus et Barbara  jeggle. Cordialement  Éric Isebe 

Haut