Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 36 - Ch' l'Arignée

36 – Ch' l'Arignée

Qui, à Épehy, saurait encore nous chanter Ch' l'Arignée, et surtout ses 13 couplets ?

Son auteur est Emmanuel Bourgeois (1826-1877), un compositeur picardisant dont l’œuvre ne se limite pas à Ch' l'Arignée : il y avait aussi El Ratatouille, El Rue de l'Andouille, Ch' gai compagnon, etc. À noter le sous titre : "ou Chés Innocheints d'Rumigny", ce qui n'est pas très gentil pour les habitants de ce village situé près d'Amiens...
D'un village à l'autre, on peut trouver des différences de texte, le picard de Rumigny n'était pas exactement celui d'Épehy, mais on se comprenait quand même ! Entre les deux guerres, il n'y avait pas une réunion de famille, fête ou banquet sans que les convives n'y aillent de leur petite chanson à la fin du repas... chacun avait sa spécialité, se faisait un peu prier, mais c'était la règle du jeu...
Ch' l'Arignée était l'une des chansons-vedettes, et on la chantait encore il y a peu au repas des Anciens, au Club des Anciens, à la Maison de Retraite, etc.

En voici les 13 couplets :

 


 

À Épehy, quelques chanteurs de cette période d'entre deux guerres sont restés célèbres. Citons :

 

(Fig.1.) Maurice Baudelot que l'on voit ici à droite, en compagnie de Leconte, Gernez, Santi et Fournet (de gauche à droite), un jour de Communion Solennelle de 1943 (Coll. C. Saunier).
(Fig.1.) Maurice Baudelot que l'on voit ici à droite, en compagnie de Leconte, Gernez, Santi et Fournet
(de gauche à droite), un jour de Communion Solennelle de 1943 (Coll. C. Saunier).

 

(Fig.2.) Gabriel Trocmé qui n'hésitait pas

 (Fig.2.) Gabriel Trocmé qui n'hésitait pas
          à pousser la chansonnette (1930).                                    

(Fig.3.) "Tiot" Gaston Lefort qui n'en savait


(Fig.3.) "Tiot" Gaston Lefort
qui n'en savait que 8 ou 10 couplets,
mais les interprétait d'une façon restée célèbre.

 

(Coll. C. Saunier)

 

 

instant_36_4r.jpg
(Fig.4.) Raymond Dubois qui chantait sans
hésiter les 13 couplets
 

(Fig.5.) Et la sœur de Raymond, Loretta Toch;
qui était aussi une bonne picardisante.
 

(Photos C. Saunier – 1978)

Et pour terminer, faisons-nous peur :

On la nomme Heteropoda maxima... c’est la plus grosse araignée du monde... on l'a découverte récemment sur les bords du grand fleuve Mékong... elle a des pattes de plus de 30 cm de long...
(www.martin-lothar.net/article-26493578.html)


Date de création : 09/02/2011 @ 20h28
Dernière modification : 19/08/2012 @ 16h15
Catégorie : Instantanés
Page lue 844 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par liliane_lourme le 13/10/2011 @ 18h10

Que de souvenirs avec cette chanson , mon père Robert Lourme nous la chantait à chaque occasion.

Haut