Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Le village - M comme Meetings

M comme Meetings : des meetings aériens à Épehy

 

Qui s'en souvient encore ?

Notre village fut le lieu de meetings aériens. Un choix surprenant, mais qui fut sans doute dû à la présence chez nous de quelques passionnés d'aviation. Meetings au pluriel, car il semble bien qu'il y en ait eu au moins deux, l'un le dimanche 19 août 1934 et l'autre le dimanche 25 août 1935. Tous deux se déroulèrent à la sortie d'Épehy près de la route d'Heudicourt, sur des terres appartenant à Eugène Loiseaux.

Le 19 août 1934

Josiane Lemariée, qui deviendra Madame Roland Martin, est née le 17 aôut 1934, et cet heureux événement fut annoncé deux jours plus tard par un journal régional, probablement "Le Progrès de la Somme", ancêtre du "Courrier Picard". Or la page qui présentait cette annonce, soigneusement conservée par l'intéressée, comportait aussi un article sur ce premier meeting aérien d'Épehy. Ainsi, grâce à Madame Martin, nous sommes quelque peu renseignés sur cette manifestation.

Elle fut organisée par les animateurs de l'aéroclub Gontrand-Gonnet de Péronne1: le pilote Hourdoux du Garage Gueudet (Renault), le brasseur De Clerck, avec le concours de la municipalité d'Épehy, de la Fraternelle Sportive Ouvrière d'Épehy, ainsi que d'autres sociétés et organisations. Outre la participation de monoplans de voltige à ailes basses, deux pilotes de la société Potez de Méaulte, Postiaux et Letiercé, présentaient le dernier modèle sorti, le Potez 36, sans doute le 36/13 à bec sécurité.

La société des Aéroplanes Henry Potez crée en 1919 à Aubervillers (93) par l'ingénieur de ce nom (né à Méaulte en 1891, décédé à Paris en 1981), était ensuite venue s'installer à Méaulte (80) près d'Albert, lieu de naissance de son fondateur qui y construisit alors un aérodrome. Elle réalisa une quarantaine de prototypes dont une vingtaine furent construits en série, avant d'être nationalisée en 1937.

Le Potez 36
Fig. 1. Le Potez 36 (Photo Internet).

Ce petit avion de tourisme, de 10 m 44 d'envergure et d'une longueur de 7 m 50, pouvait voler entre 80 et 150 km/h. et avait un rayon d'action de 400 km. Premier avion à cabine fermée, il pouvait emporter deux personnes et présentait la particularité d'avoir des ailes repliables sur les flancs (Fig. 1). Environ 250 exemplaires furent construits entre 1929 et 1935. Il n'en reste aujourd'hui que trois au monde dont deux 36/13.

On conçoit que ce meeting faisait en quelque sorte figure de fête au village. Les pilotes amateurs d'autres aéroclubs s'y étaient donné rendez-vous, les habitants habillés du dimanche y venaient en curieux, les plus téméraires se risquaient à un baptême de l'air, une buvette y fonctionnait bien, apparemment. Quelques photos témoignent de tout cela.

Sur la photo 2, on voit la solide buvette démontable construite par les Ets Pelletier d'après un croquis de Louis Delauney avec un financement de la Brasserie de l'Eauette de Marcoing qui fonctionna jusqu'en 1946.

La buvette, 19 août 1934
Fig. 2. La buvette, 19 août 1934 (Photo H. Moreaux).

On reconnaît, de gauche à droite :
Derrière le bar : en 3° position, Charles Isèbe, en 4°, Paul Lepreux, dernier à droite, Louis Delaunay (café de la gare), et derrière lui, Joseph Censier et Bernard Lordel (l'homme à la casquette), employé chez Pelletier et ensuite menuisier à Roisel.
Devant le bar : 2e personne à partir de la gauche, M. Guette (au canotier), 3e: Jeanne Trocmé (en noir), 4e : Jacqueline Saunier, 5e : Gabrielle Saunier née Trocmé, 6e : Huguette Saunier, puis Virgile Dewastine accroupi, son épouse Colombe étant debout derrière le bar.

Devant un avion, 19 août 1934
Fig. 3. Devant un avion, 19 août 1934 (Photo H. Moreaux).

On reconnaît2 :
Les gamins à gauche : Adrien Guyot et Charles Blondelle.
Parmi les enfants devant : la 1° : Monique Godelier, le 2° : Jean-Pierre Santi, la 3° : Nicole (ou Anita ?) Santi, la 4° Huguette Ménil, et à droite les trois garçons Dessert : Maurice, Michel et, sans certitude, Eugène (mais ce dernier ne se reconnaît pas).
Derrière eux : la 1re, Léone Pelletier (future Mme Piette), en 4e, Régina Pelletier (épouse Godelier), en 5e, Madeleine Santi, en 7e, Adrienne Pelletier (épouse Dessert) tenant les enfants...

Devant un autre avion, 19 août 1934
Fig. 4. Devant un autre avion, 19 août 1934 (Photo H. Moreaux).

On reconnaît :
Pilotes et membres de l'aéroclub, la seule femme est Marthe Vasseur.
Dans le groupe des petites filles : 2e à gauche : Marie-Thérèse Cocrelle, 3e : Fernanda Piermand, 4e : Jacqueline Cnockaert, 5e : Josette Vasseur, 6e : Thérèse Christie, 7e Odette Dobbels née Dahèse, 8e : Henriette Aubry.

Parmi les participants à ce meeting se serait trouvé, selon certaines sources3 le célèbre aviateur Jean Mermoz (1901-1936) qui était alors déjà connu pour avoir franchi la Cordillère des Andes et avoir établi la première liaison aérienne France-Amérique du Sud. Une photo (Fig.5) montre un biplan qui serait le sien. Cependant, sauf confirmation éventuelle, rien n'est moins sûr et il est bien difficile de distinguer parmi les adultes photographiés, lequel pourrait être Mermoz.

L'avion supposé de Mermoz
Fig. 5. L'avion supposé de Mermoz (coll. C. Saunier)

Ce qui est sûr, par contre, c'est que Mermoz vint à Péronne le 23 janvier 1935, invité à un concert organisé par l'aéro-club Gontrand Gonnet, à l'issue duquel il distribua des autographes dont nous avons la chance d'avoir un exemplaire (Fig. 6).

Autographe de Mermoz
Fig. 6. Autographe de Mermoz (coll. C. Saunier).

Pour l'anecdote, ajoutons que, après la mort de Mermoz, l'abbé Auguste Marcq, curé de Villers-Guislain et passionné d'aviation, organisa dans son église, le 7 mars 1937, une célébration dont la photo de la fig. 7 nous a laissé un étonnant témoignage.

Décoration de l'église de Villers-Guislain pour la mort de Mermoz
Fig. 7. Décoration de l'église de Villers-Guislain pour la mort de Mermoz (coll. C. Saunier)

Le 25 août 1935

Pour ce deuxième meeting aérien, nous n'avons pas de traces écrites mais, fort heureusement le témoignage de quelques photos datées par Charles Moreaux (petit-fils du meunier-photographe) et les souvenirs de la famille Loiseaux. Mais cette fois, on va le voir, la fête champêtre a bien failli tourner au drame.

Ce jour-là est aussi celui de l'inauguration, à Honnecourt, de la grotte dédiée à Notre-Dame de Lourdes, sous la présidence de l'évêque de Cambrai, Mgr. Deschrever4.

La grotte N.D. de Lourdes à Honnecourt, inaugurée le 25 août 1935
Fig. 8. La grotte N.D. de Lourdes à Honnecourt, inaugurée le 25 août 1935
(photo La Voix du Nord, coll. C. Saunier).

"Le jour s'avançait, écrit Claude Saunier, les amis de l'aéroclub avaient droit à un petit tour au-dessus du village. Le pilote Hourdoux invite à son bord ses amis M. et Mme Fernando Santi et leur fils Jean-Pierre. Tout se passe bien jusqu'à ce que, en contournant la maison de Henri Vasseur, l'avion perde subitement de la vitesse et de l'altitude et vienne s'écraser au ras de la ferme Roland".

L'aéroplane, dans lequel avaient pris place M. Santi et son fils, était probablement surchargé. Ce fut une chance que les appareils d'alors ne volaient pas encore bien haut ni bien vite ; le seul blessé, apparemment assez légèrement, fut le jeune Jean-Pierre. Les photos (Fig. 9 et 10) montrent le Potez en quelque sorte plié en deux, gardé par des pompiers, et Jean-Pierre Santi, les bras bandés (?) et un pansement au front, devant l'avion accidenté.

Le Potez 36 accidenté, 25 août 1935
Fig. 9. Le Potez 36 accidenté, 25 août 1935 (Photo H. Moreaux)

Jean-Pierre, le jeune blessé, 25 août 1935
Fig. 10. Jean-Pierre, le jeune blessé, 25 août 1935 (Photo H. Moreaux)

Sauf nouvelle information toujours possible, il ne semble pas que, par la suite, il y eut d'autres meetings aériens organisés à Épehy.

Laissons le mot de la fin à Fernando Santi dont l'accent italien qu'il ne perdit jamais amusait beaucoup les Épéhiens. La tradition raconte que, voyant l'avion sur le point de s'écraser, il s'écria : "Nous sommes foutous !".

Notes :
1 Gontrand Gonnet, né le 25/10/1815 à Combles, décédé le 19/09/1899 à Péronne, fut député de la Somme de 1889 à 1893.
2 Merci à Alain Godelier qui nous a aidés à compléter l'identification des personnes sur cette photo.
3 http://picasaweb.google.com/BOUGUIRAT2000/SPECIAL#5100759504671769938
4 Voir Arnaud Gabet : Histoire et cadre de vie d'Honnecourt sur Escaut, 1995 (p.221).
.

(Toute la documentation et les illustrations de cet article ont été rassemblées par Claude Saunier. Merci à Charles Moreaux et à René Loiseaux pour leurs informations, et merci également à Gérard Delauney qui nous a aidé à identifier de nombreuses personnes sur les photos).


Date de création : 02/08/2009 @ 15h03
Dernière modification : 17/01/2010 @ 12h36
Catégorie : Le village
Page lue 1195 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°2 

par alain le 13/12/2009 @ 14h55

J'ai soumis la photo 3 à mon cousin Eugene Dessert qui ne se reconnait pas dans le personnage à droite.Par contre il est d'accord avec moi pour identifier la fillette à l'extreme gauche comme étant ma soeur Monique et la 4e étant Huguette Menil. Merci et felicitations aux auteurs de cet énorme livre d'histoire qui nous permet de revoir de nombreux membres de la famille et tant d'amis d'autrefois.

Réaction n°1 

par francine le 22/09/2009 @ 20h44

Sur la photo où je reconnaissais Léone .et Régina Pelletier, c'est bien Mme Santi qui est devant; pourquoi un ? Bernard Lordel était ensuite menuisier à Roisel, mon père l'avait comme client pr les plans et devis,je ne sais quand mais après la guerre, ds les années 60 et + ? Salut

Haut