Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
19 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 42 - Des ruines étonnantes

42 – Des ruines étonnantes

Trois photos du village, datées de fin 1919 ou 1920.
Il s'agit des ruines de la ferme d'Auguste Despagne (né en 1865), à l'actuel n°1 de la rue Hérouard, ces trois photos provenant de l'album-souvenirs d'Augusta, sa fille (1908-1995). Après la guerre, la ferme fut reconstruite sur le même emplacement.
En quoi ces ruines sont-elles étonnantes ?
C'est qu'ici les troupes allemandes chargées de détruire le village n'ont apparemment pas achevé leur œuvre comme elles l'ont fait ailleurs. Fut-ce par manque de temps pour cause de départ précipité, ou bien parce que l’occupant en utilisa les bâtiments jusqu'au dernier moment et ne prit pas le soin de les démolir complètement ? On ne sait. Toujours est-il que, même si les toitures de bâtiments ont disparu, incendiées, il restait encore là après la guerre de grands pans de murs qui n'avaient pas été attaqués à la dynamite et sur lesquels il était peut-être possible de reconstruire.

Les trois photos ci-après ont probablement été prises au même moment, on ne sait par quel photographe, mais on est tenté d'y trouver une suite chronologique ou, tout au moins, une suite logique.

La photo n°1 pourrait être celle des premiers travaux de déblaiement après le retour des propriétaires. Quatre hommes au travail mais qui, malgré tout, posent quand même un peu pour l'occasion : les deux plus jeunes manient le pic, achevant de démolir un mur, les deux plus âgés (parmi lesquels sans doute Auguste Despagne) transportent les gravats à l'aide de brouettes qui semblent toutes neuves. À droite, deux spectateurs pour la photo.

Fig.1. Déblaiement des ruines (Coll. A. Despagne).
Fig.1. Déblaiement des ruines (Coll. A. Despagne).

Cette photo a sans doute été prise du fond de la cour vers la rue. Des bâtiments sans étage (et sans toit) bordent cette rue, maisons en longère comme autrefois, celle de gauche ayant encore des grilles aux fenêtres. À gauche, un bâtiment provisoire déjà reconstruit, sans doute à usage d'habitation, et qui subsistera jusqu'à la fin des années 1990.
Au delà du mur du fond, la photo agrandie montre que des maisons et/ou des hangars sont également reconstruits, qu'il serait peut-être possible d'identifier (Fig.2).

Fig. 2. À l'horizon, des reconstructions (Coll. A. Despagne, agrandissement A. Franqueville).
Fig. 2. À l'horizon, des reconstructions (Coll. A. Despagne, agrandissement A. Franqueville).

Avec la Fig.3, nous nous trouvons cette fois à proximité des murs du fond, murs de briques, on le voit, dans lequel les ouvertures apparaissent bien conservées. Ici la vie a déjà repris ses droits. Au premier plan, à gauche une petite fille, très probablement Augusta (11 ans) donne à manger aux oies, de même qu'une autre personne à droite qui doit être sa mère Léa Despagne, née Douay.

Fig.3.Le fond de la cour (Coll. A. Despagne).
Fig.3.Le fond de la cour (Coll. A. Despagne).

Un beau tombereau, en attente du cheval, a été récupéré et semble chargé de terre extraite de la mare en cours de creusement (ou de recreusement). Cette mare subsistera longtemps à cet endroit. À gauche, l'étable qui a encore sa porte et sera rebâtie à la même place avec une charpente de couverture en voûte (licence Blitz). Des instruments aratoires ont été récupérés : semoir, faucheuse...

La troisième photo (Fig. 4) nous fait découvrir un autre côté de la cour avec, de nouveau, le même tombereau. La basse-cour compte non seulement des oies, mais aussi des poules. La petite Augusta est à l'arrière-plan, à proximité de pièces de bois soigneusement rangées pour une utilisation ultérieure. Augusta restera la gardienne de la ferme reconstruite, jusqu'à son décès en février 1995.

On reste impressionné par ces murs qui, malgré leur taille, ont pourtant résisté à la guerre. Des ruines étonnantes, comparées aux autres photos du village prises à la même époque.

Fig.4. Autre aspect de la cour (Coll. A. Despagne).
Fig.4. Autre aspect de la cour (Coll. A. Despagne).

 

 


Date de création : 13/05/2011 @ 09h47
Dernière modification : 17/06/2014 @ 16h00
Catégorie : Instantanés
Page lue 639 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut