Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Au fil des ans... - Épehy en 1923

ÉPEHY - QUOI DE NEUF ? Octobre 2007 – N° 70

ÉPEHY EN 1923

Le village se reconstitue lentement. Quelques maisons annoncent fièrement "1923" au-dessus de leur porte d'entrée.

Fig.1. Reconstruction dans la Grande Rue (Coll. C. Saunier).
Fig.1. Reconstruction dans la Grande Rue (Coll. C. Saunier).

Dès le 7 janvier, le Foyer-Dispensaire du Secours d'Urgence organise son premier concert au profit des habitants en situation précaire. Il y en a beaucoup malheureusement ! Une foule de personnalités parrainent cette soirée : Sous-Préfet, Maire, Secrétaire générale des Secours d'Urgence (Mlle Javal), Déléguée des Villages reconstitués (Mlle Séligmann) et bien d'autres encore. La lecture du programme est édifiante. Tout ce que le village compte de jeunes et de moins jeunes personnes de qualité y participe. C'est un élan collectif sans esprit de caste.

La baraque des Secours d'Urgence voisine celle de la Croix Rouge américaine et bientôt, sur ce qui deviendra plus tard le terrain des sports, sont édifiés le dispensaire et le bâtiment médical. Tout cela laisse entrevoir les énormes besoins de la population en soins et aides diverses.

Fig.2. Vue de la Brasserie en direction de la ferme Maurice Baudelot et de la gare  (Coll. C. Saunier).
Fig.2. Vue de la Brasserie en direction de la ferme Maurice Baudelot et de la gare
(Coll. C. Saunier).
On aperçoit, à l'arrière-plan, les deux baraques de la Croix Rouge et des Secours d'Urgence.

Au dispensaire de la Croix Rouge :
(Coll. C. Saunier)

Fig.3. L'équipe soignante.
Fig.3. L'équipe soignante.

 

Fig.4.Enfants (jeux de bonne santé, malgré des 							mines renfrognées...).
Fig.4.Enfants (jeux de bonne santé, malgré des mines renfrognées...).

 

Fig.5. Mamans italiennes 			et une ou deux Épéhiennes.
Fig.5. Mamans italiennes et une ou deux Épéhiennes.

 

Deuxième séance du Foyer-Dispensaire le 22 juillet, en matinée cette fois, avec bal en soirée.
Les Sociétés locales reprennent vite. L’Amicale des Anciens Élèves, sous l'égide de l'instituteur M. Sibilotte, donne un spectacle théâtral le 20 mai.

Fig.6. 18 février 1923. Les acteurs amateurs avec, assis au centre, l'instituteur Sibilotte, directeur  de l'école. À sa gauche, Raymond Moreaux, assis premier à gauche Georges Franqueville. (Coll. C. Saunier)
Fig.6. 18 février 1923. Les acteurs amateurs avec, assis au centre, l'instituteur Sibilotte, directeur
de l'école. À sa gauche, Raymond Moreaux, assis premier à gauche Georges Franqueville.
(Coll. C. Saunier)

Les 30 musiciens de la Fanfare municipale sont les seuls représentants de l'arrondissement de Péronne au Festival de musique d'Amiens. Les Anciens Combattants ne sont pas de reste et c'est au profit de ceux d'entre eux qui souffrent des séquelles de la guerre que, le 11 novembre, ils font venir une troupe d'acteurs des théâtres Mogador et Antoine.

Pour terminer cette année, l'Amicale des Anciens Élèves organise sa deuxième séance pour Noël. On peut donc compter 5 séances théâtrales et un bal pour 1923 (et ne ne sait pas tout). On pourrait croire que les habitants ne songent qu'à se distraire mais, à y regarder de plus près, il s'agit d'une véritable reconstitution du village. Chacun sent, parfois instinctivement, qu'il faut faire quelque chose pour se sentir chez soi, entre soi avec mille liens qui ont terriblement manqué pendant 5 ans, voire plus, car le village était éparpillé en cent lieux différents. Il faut revivre ensemble, rire, pleurer, prier, jouer, etc., etc. Il est visible qu'on est déjà en route pour cela.

Et du côté de la religion ? Tout est est à reconstruire là aussi. Le tonneau-église était bien petit au moment des fêtes. La voix puissante de baryton de Gabriel Trocmé n'y trouvait pas le volume nécessaire pour donner toute sa mesure. Le calvaire à la sortie du village vers Heudicourt remplaçait sans doute une chapelle dont nous avons la photo sans plus de détails. Il fut érigé après une longue procession en présence de Mgr. l’évêque d'Amiens. La Fête-Dieu, les Rogations étaient l'occasion de processions importantes, avec le dais, les porteurs, les ornements, les reposoirs et les petites filles en anges du ciel avec leurs ailes et leurs petits paniers remplis de pétales de roses et de pivoines. Plus terre-à-terre, les très nombreux baptêmes à la sortie desquels le parrain lançait dragées et pièces de monnaie aux gamins, provoquant ainsi une mêlée pas très sportive !

Fig.7 & 8. Procession avec dais et ostensoir (Coll. C. Saunier).
Sur la photo n°7, l'enfant de chœur à droite est Olivier Masson. Photo 8 : halte à un reposoir.

Il nous reste maintenant à imaginer toutes les activités du village : les centaines d'ouvriers italiens du bâtiment de l'entreprise Ceratto, les artisans locaux qui étaient aussi du bâtiment, l'activité agricole, les transports hippomobiles ou automobiles pour fournir les matériaux de construction et l'alimentation du village.
La gare d'Épehy était le point d'arrivée de la majorité des matériaux et marchandises nécessaires au bon approvisionnement de notre village, et aussi des villages voisins éloignés de la voie ferrée. Par exemple, tous les matériaux nécessaires à l'implantation du cimetière américain de Bony arrivèrent par notre gare et furent transportés par les soins de l'entreprise Fernando Santi...
 

Fig.9. Les débuts de l'entreprise Santi :
Fig.9. Les débuts de l'entreprise Santi : l'entrepôt rue de
la gare (Archives famille Santi).

Fig.10. Le cimetière américain de Bony :
Fig.10. Le cimetière américain de Bony : pose de la clôture (Coll. C. Saunier).

 


Date de création : 10/12/2011 @ 18h35
Dernière modification : 10/12/2011 @ 18h35
Catégorie : Au fil des ans...
Page lue 723 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut