Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
19 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Au fil des ans... - Épehy en 1925

ÉPEHY - QUOI DE NEUF ? 2008 – N° 72

ÉPEHY EN 1925

L’entrepreneur Ceratto s'en va, ses ouvriers italiens aussi, sauf un petit nombre que l'on retrouvera comme maçons, briquetiers ou chauffeurs. Par contre nous arrivent, demandés par le Gouvernement français, des ouvriers agricoles et des exploitants : Belges flamands pour les fermiers, Polonais pour les ouvriers. C'est que les morts de la guerre 14-18 manquent cruellement dans les champs, les ateliers, les usines. Depuis le retour de 1919, il y avait un peu tous les corps de métiers et tous les emplois à Épehy.

Mais les usines, direz-vous ? Celle de la Grande Rue, tissage Olmer puis Gernez, sort enfin de terre (Fig.1). L'endroit était en jardins et terrains vagues depuis la fin de la guerre. Une inauguration a lieu, avec autorités en grande tenue, nous en avons la photo (Fig.3).

Fig.1 Vue du clocher vers le nord (1927).  À droite, l'Hospice Camus et, dans le prolongement, le tissage Olmer (Coll. C. Saunier).
Fig.1 Vue du clocher vers le nord (1927).
À droite, l'Hospice Camus et, dans le prolongement, le tissage Olmer (Coll. C. Saunier).

 

Fig.2 Personnel du Tissage Olmer, vers 1923-1924 (Coll. C. Saunier). Qui, parmi nos lecteurs, pourrait y reconnaître quelques personnes ?
Fig.2 Personnel du Tissage Olmer, vers 1923-1924 (Coll. C. Saunier).
Qui, parmi nos lecteurs, pourrait y reconnaître quelques personnes ?


Fig.3. Au premier rang, les personnalités présentes à l’inauguration, 1926(?),  dont Gabriel Trocmé, 5° assis à partir de la droite (Coll. C. Saunier).
Fig.3. Au premier rang, les personnalités présentes à l’inauguration, 1926 (?),
dont Gabriel Trocmé, 5° assis à partir de la droite (Coll. C. Saunier).
 

Pour le futur tissage Raoul Trocmé, nous avons une carte postale de 1925 envoyée par une tante qui souhaite "Bon courage" à Raoul, 31 ans1.
Par manque de place au village, il s'installe dans les champs, à l'est de la gare. Les ennuis commencent : pour avoir l'électricité et son transport (les lignes devaient traverser les voies du chemin de fer) et aussi en raison de l'éloignement de l'unique transformateur haute tension, etc. etc... Raoul prend un coup de sang et installe une machine à vapeur fixe qui, par courroies, axes et poulies, va distribuer la force motrice dans toute l'usine. Une grosse dynamo est reliée à la machine par une courroie et envoie du courant électrique dans des bacs accumulateurs de chacun 1 ou 2 volts jusqu'à totaliser 110 volts et alimenter à tout moment l'usine, les bureaux, que l'usine marche ou non. Plus tard une deuxième machine viendra renforcer les capacités de production du tissage qui travaille en collaboration avec les établissements Vallart du Ronssoy, M. Vallart étant le gendre de M. Leriche, l'ex-tissage d'Épehy.

Les établissements Olmer, puis Gernez, travaillent les tissus fins, le batistes, le lin et tout ce qui est délicat. Les établissements Trocmé travaillent des matières plus grosses et vont fournir pendant plusieurs décades de toiles de coton pour les pneus Bergougnan.
Nous voici donc avec deux tissages non concurrents et riches d'une centaine d'ouvriers chacun, ce qui n'empêche pas les personnels de changer d'employeur au cours de leur carrière qui, en général, se passera entièrement dans le textile.

La vie continuait, cahin-caha. C'était le cas de le dire pour Jean H., mutilé de guerre (une jambe) qui, ayant eu des mots avec sa douce moitié, se retrouva un beau matin privé de son pilon, confisqué !!!

Beaucoup de fêtes encore, en 1925, dont le grand concert de Pâques du dimanche 12 avril. On dirait maintenant:Soirée Théâtrale. Découvrez ci-dessous le programme de la soirée et la photo des acteurs. La photo a été prise devant les portes toutes neuves de la très belle salle des fêtes. À deux exceptions près, tous les acteurs de cette soirée sont sur la photo. Soirée bien remplie avec 7 pièces : comédie, vaudeville, monologue, saynète et quelques chansons et le concours de la fanfare.

Fig.4. Programme de la soirée du 12 avril 1925 (Coll. C. Saunier).
Fig.4. Programme de la soirée du 12 avril 1925
(Coll. C. Saunier).

 

Fig.5.Les acteurs du 12 avril 1925 (Coll. C. Saunier).
Fig.5.Les acteurs du 12 avril 1925 (Coll. C. Saunier).

Identité des acteurs :
- rang du haut, debout : Carbonnier, un cousin de Dermy, Arthur Dermy, Nestor Mathieu, Maurice Despagne, Victor Plisnier,
- rang du milieu, debout : René Demarle, Françoise Mathieu, Luce Dermy épouse Levant, Clotilde Mathieu épouse Delauney, Roberty Ricq, Gaby Dermy, Zéta Roland épouse Dejeante, Léonce Plez,
- assis : Georges Lempereur ("ch'gus"), Émile Despagne, Marcel Marquant, Didier Loy, Marcel Despagne, un inconnu à la grosse caisse,
- au piano était Mme Hiez-Thiéphaine.

N'est pas tombée non plus dans le gouffre de l'oubli la soirée très chargée organisée par les Anciens Combattants le 11 novembre. Le soir de Noël, ce fut l'Amicale des Anciens Élèves qui offrit son spectacle.

Voilà donc une année 1925 riche d'espoir, de réalisations aussi, ainsi que de distractions.

 

Fig.6.Vue du clocher vers le centre (1927). On reconnaît, à droite, la nouvelle mairie, au centre, les écoles et à gauche la salle des fêtes  (Coll. C. Saunier).
Fig.6.Vue du clocher vers le centre (1927).
On reconnaît, à droite, la nouvelle mairie, au centre, les écoles et à gauche la salle des fêtes
(Coll. C. Saunier).

Puissent ces quelques échos d'un passé qui ne mérite en aucune façon de l'éloigner sans laisser de traces, vous inciter à chercher dans vos mémoires, vos tiroirs et vos grimoires, encore d'autres papiers que vous n'avez, jusqu'à ce jour, pas appréciés à leur juste valeur.

Épehy semble, depuis quelque temps, se réveiller sur son passé qui est très riche, mais bien caché aussi. Pour le moment nous continuerons à explorer notre proche passé, en revenant vers les hier et avant-hier afin de mieux connaître et comprendre ceux qui nous ont précédés au village.

Note :
1 Voir article "T comme Tissage" dans "abécédaire – Le village".
 

 


Date de création : 19/12/2011 @ 10h55
Dernière modification : 19/12/2011 @ 10h57
Catégorie : Au fil des ans...
Page lue 817 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut