Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Le village - M comme Musique

M comme Musique : la Société Musicale d'Épehy (S.M.E.)

 

La Société Musicale d'Épehy a fêté en 2011 ses 40 ans d'existence. Elle a été fondée le 13 décembre 1971, avec Georges Dobbels comme président et, comme directeur, Régis Cazé, instituteur nommé à Épehy depuis septembre. Inscrite, le 13 mars 1973, à la Confédération Musicale de France dans la catégorie "Fanfare" (3° classe, 2° division) la S.M.E. fut déclarée en Mairie d'Épehy en avril de la même année.
Cette création répondait à un besoin évident:depuis des années, au moins depuis 1964, car le village n'avait plus ni musique ni fanfare et devait faire appel, pour animer les fêtes locales, y compris les manifestations patriotiques, aux groupes musicaux des villages voisins : surtout la fanfare du Ronssoy, mais aussi la musique d'Heudicourt ou encore celle de Nurlu...
 

Fig.1. Acte de naissance de la SME (Source : Carnets de la S.M.E).
Fig.1. Acte de naissance de la SME (Source : Carnets de la S.M.E).

Le document ci-dessus montre que G. Dobbels fut longtemps président de la S.M.E., jusqu'au 5 juillet 1978, que Janine Roland, maire du village à cette époque, lui succéda jusqu'au 22 avril 1983, date à laquelle elle fut remplacée par Gabin Pernois, et que Régis Cazé en fut le directeur durant toute cette période. Il ne sera remplacé par Gilles Czwartkowski qu'en septembre 2000.
 

Fig.2.Le chef Régis Cazé en 1977.
Fig.2.Le chef Régis Cazé en 1977.

Roger Legrand, l'un des premiers membres de la Société dont il avait été nommé secrétaire, a consigné cette naissance de façon plus explicite dans ses "Carnets" (n°6, 1971-1972) :
"15 /12/71. ÉPEHY. Une société de Musique a été formée le lundi 13 décembre, écrit-il à la page 4, au cours de l'Assemblée Générale présidée par Mme le Maire entourée de Conseillers municipaux, d'anciens musiciens et des personnes intéressées par cet art. Un Comité a été élu, il se réunira prochainement pour élire son bureau. Une première répétition est fixée au mercredi 22 décembre à 20 h.30."
Et à la p.7 :"28/12/71. ÉPEHY. Société Musicale d'Épehy. Le Comité s'est réuni lundi soir (27 décembre) sous la Présidence de M. Louis MASSON, doyen d'âge. Étaient présents : M.Mmes CAZÉ, CHRISTY, BRAY, MUSA, LEGRAND, BERTHE, DOBBELS, BONIFACE, PRÉVOST, BROUETTE.
Les membres du Comité ont élu leur bureau à bulletins secrets. Ont été élus :
Président : DOBBELS Georges, Vice-Présidents : BROUETTE Pierre, MUSA Jean, Trésorier : BRAY Jean, Secrétaire : LEGRAND Roger, Trésorier Adjoint : PRÉVOST René, Secrétaire Adjoint : CHRISTY Edmond.
"

Fig.3. Le Président Georges Dobbels et le Directeur Régis Cazé,  dépôt de gerbe lors de la Ste Cécile, 23 novembre 1975  (Agrandissement A. Franqueville).
Fig.3. Le Président Georges Dobbels et le Directeur Régis Cazé,
dépôt de gerbe lors de la Ste Cécile, 23 novembre 1975
(Agrandissement A. Franqueville).
 


Nos sources
Les documents dont nous avons disposé pour la rédaction de cet article sont de trois sortes :
- les souches des Carnets tenus par R.Legrand (café-tabac de la Gare), carnets destinés à écrire des articles dans "Le Courrier Picard",
- le Carnet officiel de la S.M.E. contenant l'acte de naissance de la S.M.E. Auprès de la Fédération Musicale de France, ainsi que les admissions/démissions, les concours et les notes obtenues, et le grade de la Société.
- les photos et notes prises presque depuis le début de la S.M.E. par M. Claude Saunier. On notera qu'il existe une certain décalage dans le temps entre les documents écrits utilisés, qui datent des débuts de la S.M.E., et les photos qui ont été prises plus tardivement.


Les membres de la SME
Pour sa première répétition, le mercredi 22 décembre 1971, la Société Musicale ne comptait "moins de dix musiciens, presque tous membres de l'ancienne société.Ils n'ont pas joué depuis 15 ans ! ". Mais on voit qu'au fil du temps, la Société s'étoffe assez rapidement : dès janvier 1972, "Les cours de musique, assurés bénévolement par le chef, sont suivis assidument par 48 jeunes élèves", et pour la Ste. Cécile en novembre de la même année, ils sont 50 musiciens. Toujours pour le concert de la Ste. Cécile, ils sont 65 en 1973, 70 en 1974, et 77 en 1975 (Fig.4 & 5).

 

Fig.4. Ste Cécile, 23 novembre 1975.
Fig.4. Ste Cécile, 23 novembre 1975.
Un impressionnant mélange de générations.

Fig.5. Ste Cécile, 23 novembre 1975,
Fig.5. Ste Cécile, 23 novembre 1975,
champagne au petit salon Legrand.

On reconnaît sur la Fig.5, de gauche à droite : Richard Berthe, Émilien Ledez, Léon Moral à qui on verse à boire, Marcel Marquant, Raymond Dubois qui verse à boire, et Jean Bray.

Fig.6. Liste des Membres exécutants, 1971-1973 (Source : Carnets de la S.M.E).
Fig.6. Liste des Membres exécutants, 1971-1973 (Source : Carnets de la S.M.E).

La "Liste des Membres exécutants" est, dès la création de la Société, consignée fidèlement sur un registre qui donne les noms et prénoms des musiciens ainsi que leurs dates d'inscription et de radiation. On y retrouve souvent les mêmes noms de familles, sans doute celles pour qui la musique fait en quelque sorte partie de l'éducation ordinaire des enfants... Les principales périodes pour les inscriptions sont septembre, la rentrée musicale allant de pair avec la rentrée scolaire, mais aussi janvier. Quant aux radiations, elles sont sous la dépendance de facteurs trop variés pour présenter une quelconque régularité.
Dix ans plus tard une liste établie à l'occasion d'un concert (9 mars 1985) ne compte pas moins de 90 noms de musiciens (Fig.7). L'effectif s'est certes bien renouvelé, mais il est toujours aussi nombreux, preuve de la vitalité persistante de la S.M.E.

Fig. 7. Au 9 mars 1985 (Doc. C. Saunier).
Fig. 7. Au 9 mars 1985 (Doc. C. Saunier).

Ils sont aujourd'hui une soixantaine d'exécutants auxquels s'ajoute une dizaine de techniciens.


Les activités de la SME
Les pages de l'Éphéméride de la Société nous fournissent un aperçu des activités de la SME entre entre mars 1972 et décembre 1973, un aperçu à vrai dire plutôt impressionnant... (Fig.8). En effet, il ne se passe pratiquement pas de mois sans que la SME ne participe à au moins une, sinon plusieurs activités : messes, cérémonies patriotiques, concerts, bals, arbres de Noël, distribution des prix, etc. Et le document ajoute qu'il en fut de même pour les années 1974, 1975 et 1976 !

 


Fig.8. L'Éphéméride de la Société (Source : Carnets de la S.M.E).
Fig.8. L'Éphéméride de la Société (Source : Carnets de la S.M.E).

 

Fig.9. Messe en musique, 11 novembre 1979.
Fig.9. Messe en musique, 11 novembre 1979.

Fig.10. Même date, au monument aux Morts.
Fig.10. Même date, au monument aux Morts.


Des activités qui supposent, bien sûr, nombre de répétitions préalables...

Les répétitions
La première répétition eut lieu le mardi 4 janvier 1972, à 20 h.30, salle de la Mairie, 1° étage, occasion de présenter les vœux de la Société à Mme le Maire Jeanine Roland, en les accompagnant de quelques morceaux de musique du futur répertoire.
La deuxième répétition eut lieu le mardi 11 janvier 1972, cette fois à la Salle des Fêtes dont le balcon, du fait de son étagement et de sa largeur, est un endroit idéal pour le chef de musique qui peut ainsi bien écouter ses pupitres répartis en hauteur et en largeur, et corriger les sons, leur étalement, l'attaque des pupitres, etc. Par la suite, les répétitions se feront toujours au balcon de la Salle des Fêtes.
Une autre répétition se situe vers le 20 mars 1972 (mais d'autres ont pu se tenir avant cette date), en vue de la première sortie, celle du dimanche des Rameaux le 26 mars, et aussi pour "arroser" l'anniversaire de Régis Cazé...


Les concerts et sorties
Les manifestations et sorties sont fidèlement notées sur le Carnet officiel de la Société pour 1972 et 1973, et on peut aussi les suivre sur les "Carnets Roger Legrand".
Le premier programme, celui de la Messe en musique du 20 mars 1972, était ainsi composé :

Juniors, en avant (A. Saguez)
Voûte mystique (Gadenne)
Mélodie (Schubert)
Silence (Rosso, Brezza)

Cela avec, déjà, 30 exécutants.
Puis les sorties, concerts et autres manifestations se succèdent :
Mai : le 6 mai, soirée théâtrale avec l'Amicale du Ronssoy, le 8, célébration de la fin de la guerre avec messe de l'abbé Baisez,
Juin : Premier concert (10 juin), distribution des prix,
Juillet : retraite aux flambeaux avec les pompiers et défilé (14 juillet), concert à Pezières
Août : Inauguration de la rue Raoul Trocmé (de son vivant), concert les 5 et 6 août, fête de la Gare avec 48 musiciens
Novembre, pour la célébration de l'armistice : Messe et cérémonies au Monument aux Morts et au Cimetière anglais, et le dimanche 26, messe en musique pour la Ste Cécile. Au programme :

Bienvenue (Saguez)
Célèbre rêverie (Schumann)
Ave Maria (Schubert)
Hymne à la nuit (Rameau)
Les petits alpins (Visciano)

À l'occasion de cette fête, remise au chef d'un saxophone offert par les parents d'élèves-musiciens et les musiciens.
Décembre : le 10, arbre de Noël en musique.
Janvier 1973 : repas à la Salle des Fêtes avec les Conseillers, les épouses servant tout le monde. Photo-souvenir sur le perron de la Mairie. On compte à ce jouir plus de 50 musiciens.
Nous voici en 1973 : les cérémonies, fêtes et sorties seront à peu près les mêmes qu'en 1972 et se répèteront en 1974, 1975, etc. Observons que cette année 1973 est celle où la S.M.E.commence à "sortir" du village, preuve de sa notoriété croissante : en avril, messe en musique pour le mariage Damatte-Dazin à Heudicourt, en mai concert à Sailly-Saillisel, en juillet concert à Roisel. C'est aussi l'année où elle commence à se présenter aux concours musicaux.

L'un des plus anciens concerts dont nous ayons la trace écrite est celui du 16 février 1974, avec son programme sponsorisé par le magasin Isèbe (Fig.11 & 12).


 

Fig. 11 & 12. Programme du 16 février 1974, recto et verso (Doc. C. Saunier).

 

Fig.13.. Festival de la S.M.E., 4 mais 1978.
Fig.13. Festival de la S.M.E., 4 mais 1978.
Entre la gare et la mairie.
Fig.14. Le 3 août 1980 : un concert vraiment en
Fig.14. Le 3 août 1980 : un concert vraiment en plein air !
 

Concours et récompenses
Le premier concours auquel la S.M.E. ait participé semble être le Concours Fédéral d'Amiens, en juin 1973, avec un effectif de 50 musiciens. Elle reçut alors le Premier Prix d'Exécution et le Deuxième Prix de Lecture à vue, ainsi que les Félicitations au Directeur.
Un an plus tard, en juin 1974, la S.M.E. est présente au Concours Fédéral du Vimeu (Valines, 80), cette fois avec 71 musiciens. Elle est récompensée par le Premier Prix d'Exécution et le Premier Prix de Lecture à vue auxquels s'ajoutent les Félicitations au Directeur et l'admission au Concours d'Honneur pour lequel elle obtient le 2° Prix.
Le 25 mars de la même année, par Arrêté du Ministre de la Qualité de la Vie, la médaille de Bronze de la Jeunesse et des Sports avait été attribuée au Directeur Régis Cazé.
Le 22 juin 1975, au Concours Fédéral de Péronne, la Société, forte de 70 musiciens, reçoit les meilleurs récompenses : Premiers Prix de Lecture à vue et d'Exécution et Premier Prix d'Honneur avec Félicitations au Directeur.
En 1976 les succès de la S.M.E. se confirment encore : en mai, elle remporte de challenge du Festival-Concours de Proville (59) et, en juin, avec 75 musiciens au Concours Fédéral de Doullens, elle reçoit encore le Premier Prix d'Exécution (le prix de lecture à vue n'existe plus), les Félicitations au Directeur et, cette fois, le Premier Prix d'Honneur ascendant qui lui vaut d'accéder à la 3° Division, 1° section, de la Fédération.
Les documents des Fig.15 et 16 montrent que les succès aux concours se poursuivent sans discontinuité entre 1977 et 1983 (dernière année pour laquelle nous avons des documents), à Amiens, Abbeville, Montdidier, Villers-Bretonneux, Wattrelos, Arpajon, Boulogne...

Fig.15. 1977-1980, résultats aux concours (Source : Carnets de la S.M.E).
Fig.15. 1977-1980, résultats aux concours (Source : Carnets de la S.M.E).

Fig.16. 1980-1983, résultats aux concours (Source : Carnets de la S.M.E).
Fig.16. 1980-1983, résultats aux concours (Source : Carnets de la S.M.E).

Le Répertoire de la Société permet de savoir quelles œuvres furent jouées lors de ces divers concours si brillamment réussis.

Fig.17. Extrait du Répertoire de la Société.
Fig.17. Extrait du Répertoire de la Société.

Y sont en effet indiquées toutes les œuvres (deux et parfois trois à la fois) qui furent exécutées par la S.M.E. entre juin 1973 et juin 1983, lors les concours régionaux ou nationaux auxquels elle se présentait quasiment chaque année (Fig.17).

La diversité des auteurs qu'elle était capable d'interpréter est remarquable. On y trouve des grands "classiques" : ainsi Mozart avec l'opéra "La Finta giardiniera" présenté en 1975 et en 1980, année où elle était parmi les œuvres imposées, Rossini avec son opéra "Tancrède" inspiré de Voltaire, Grieg avec les "Danses norvégiennes" inspirées du folklore national paysan, ou encore, moins connu aujourd'hui: le compositeur liégeois Gréty (1741-1813) avec son opéra-comique "La Caravane (du Caire)" qui, en son temps, connut un immense succès. L'Orient était d'ailleurs souvent présent dans le répertoire de la S.M.E., reflet de la mode dont il avait été l'objet au siècle précédent :on y trouve ainsi par trois fois le "Ballet égyptien", œuvre la plus connue du compositeur Alexandre Luigini (1850-1906).

Mais on compte aussi, parmi les morceaux présentés, des auteurs plus proches dans le temps, voire contemporains et parfois étrangers : ainsi Ralph Vaughan Williams (1872-1958), appelé "le plus grand compositeur anglais du XX° siècle", dont la S.M.E. interprétait la "Folk Song" écrite dans la tradition nationale de la musique anglaise, François de Boisvallée (1929-1973) avec "Les fêtes de Terpsichore", les "Airs hétérogènes" d'André Ameller (1912-1990), musique d'orchestre composée en 1966, ou encore l'instrumentiste et compositeur mâconnais John Darling (de son vrai nom Laurent Delbecq,1905-1992) dont "Empire State Building" fut l'un des grands succès.


En résumé, constatons que la S.M.E.possédait un répertoire très diversifié, témoin de la grande culture de son Directeur et aussi de son ouverture sur l'actualité musicale de l'époque.


 


Date de création : 27/09/2012 @ 11h15
Dernière modification : 11/03/2013 @ 18h30
Catégorie : Le village
Page lue 1429 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut