Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
19 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Petite bibliothèque - ♦ Mc Key L. et E. : La lettre d'Amérique

LA LETTRE D'AMÉRIQUE

C'est d'abord une réponse à une lettre envoyée par la jeune Augusta Despagne se souvenant avec plaisir des soins attentifs des deux infirmières américaines qui, de 1919 à 1922, s'étaient occupées à soigner et à divertir les très jeunes enfants d'Épehy, victimes de plus de quatre années de guerre et d'occupation.
Heureuses, les sœurs Laura et Elieta Mac Key, que l'on se souviennent encore d'elles après sept années passées ! De plus, leur lettre en français presque pur, est d'une authenticité remarquable. L'une d'elles a dû rester alitée (et non "accouchée"), apparemment pendant 3 ans, pour une maladie de la colonne vertébrale ("la spine").
Les "petites amies" étaient Augusta Despagne, Suzanne Delaplace, Blanche Despagne (épouse Copin), Ildema Théron et d'autres encore. Elles sont toutes sur la photo de la classe des filles vers 1913-1916.
Et tout ceci se passait sur l'actuel terrain de sport, dans ou autour des deux baraques et de la Croix-Rouge (photo).
Dommage de ne pas avoir gardé le contact, et une grand merci à Augusta pour avoir provoqué, par sa lettre, cette réponse.
On trouvera ci-dessous la lettre manuscrite et sa transcription dactylographiée par Mme Thérèse Martin-Barjavel, sans modification du style ni de l'orthographe.

                                                                                                                                                     Claude Saunier

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

 

Les baraques Adrian (Croix-Rouge et Foyer des Jeunes) vers 1920-1925, vues depuis la brasserie. En arrière, la gare reconstruite, à droite l'usine Trocmé toute neuve, et au premier plan le toit de la ferme Maurice Baudelot (carte postale coll. C. Saunier).
Les baraques Adrian (Croix-Rouge et Foyer des Jeunes) vers 1920-1925, vues depuis la brasserie.
En arrière, la gare reconstruite, à droite l'usine Trocmé toute neuve, et au premier plan le toit de la ferme Baudelot
(d'après une carte postale, coll. C. Saunier).

 

 

La lettre des sœurs Mac Key, 28 juillet 1929 (coll. C. Saunier).

 

 

Transcription de la lettre

SPRING 1248

 

2, Washington MeWS
New York

Juillet 28-1929

Bien chere petite amie
C’était avec grand plaisir que nous avons reçu, il y a deux mois, votre aimable petite lettre. Je vous assure que nous avions le plus grand surprise et aussi félicité savoir que nous restions encore dans les mémoires de nos chères petites d’Epehy. Ce n’est pas change du tout que nous pensons et parlons souvent, ma sœur et moi, de nos jours au foyer, pourquoi pour deux ans, il a jouer une grande partie dans notre vie. Nous avons travailler la bas, heureuse, dans l’espoir de porter un peu de joie dans cette pays dévasté après les jours tristes de la guerre. Mais nous savons que la mémoire des enfants ne tient pas longtemps les choses et alors nous nous avons cru que nous étions probablement, maintenant, tout à fait oubliée. Heuresement de no ! Nous rappellons souvent les jeudis du ouvroir et après comment nous avons travailler au jardin et je puis voir, clairement comme il était hier, cette jolie jardin plein de petites filles parmi les fleurs ! Quelquefois, nous regardons aussi les photos disant : « Voilà Augusta, Suzanne, Germaine, Louise, Blanche, Ildena, etc.. » appelant chaqu’un par nom.
Il y a sette ans maintenant que nous étions à Epehy et je suis sure que vous n’êtes plus petites. Vous avez bien aggrandi et sont venu les grandes mademoiselles ! sont-ils mariés quelqu’uns ?. et les garçons : quelqu’uns sont partis probablement de Epehy ? En hiver, nous avons reçu une carte postale portant la photo de notre chère Suzanne Delaplace. J’ai envoyé aussi une carte mais une réponse n’est pas encore arrivée.
Pour le village d’Epehy, les --- sont fortes ! Sans doute, les grande changement. Nous serions vraiment heureuse recevoir les cartes postales pour voir comment il a changé et, j’espère, fait du progress. Certainement nous sommes bien content savoir que sur notre terrain du foyer se trouve un club atheletic.
Je espère qu’il fait du bien pour les jeunes gens de Epehy.
Pour ma sœur et moi, la vie marche très vite. Pour le moment, nous sommes tous les deux en bonne santé. Mais pour trois ans, j’était très, très malade, toujours s’accouchée, avec une maladie de la spine. Mais heureusement, ça va beaucoup mieux, maintenant, et je puis promener encore.
Nous espérons recevoir bientôt de vous encore une lettre et nous envoyons en celle-ci nos salutations les plus affectueux à vous et à tous nos chères petites amis, filles et garçons d’Epehy sans manquer un. S’il vous plait.
Nos salutations sincères aussi à vos parents, à Mme Eugène qui était si gentille de nous aider au foyer et à tous les bons gens que nous rappellons.
                                                                                                                                Toujours vos amis fidèles.
                                                                                                                                   Laura et Elieta Mc Key
La adress sur cette lettre nous trouve toujours ; Prière pardonner tous mes erreurs mais, que voulez-vous, je ne puis pas écrire la francais du tout !
 

 

Au dispensaire de la Croix-Rouge, l'équipe soignante,
Au dispensaire de la Croix-Rouge, l'équipe soignante
vers 1920-1923. La 5° personne debout à partir de la
gauche est Georgette Nobécourt, née en 1903.
(Information reçue de Tiphaine Tarris)

Épehy, l'école des filles, vers 1913-1916.
Épehy, l'école des filles, vers 1913-1916.

(Photos coll. C. Saunier)

 


Date de création : 05/11/2012 @ 18h19
Dernière modification : 13/05/2013 @ 17h08
Catégorie : Petite bibliothèque
Page lue 730 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut