Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Petite bibliothèque - ♦ Dumont A. : Monographie d'Épehy

MONOGRAPHIE D'ÉPEHY

 

On trouve aux Archives Départementales, dans la catégorie des "Monographies", des questionnaires de 4 feuillets remplis par les instituteurs et leurs élèves des Cours Moyens, et portant, en ce qui concerne la Somme, sur 750 communes. Ces monographies, qui portent le nom de "Notice Géographique et historique", ont été réalisées vers la fin du XIXe siècle à la demande du Ministère de Instruction Publique, en vue des Expositions Universelles de 1889 et 1900.

Celle d'Épehy a été remplie par l'instituteur A. Dumont. La date de réalisation, qui aurait dû être portée sur la premier feuillet, n'a pas été précisée, mais on sait que, dans le département, ces monographies ont été écrites pour l'Exposition Universelle de 1900. Les réponses données, écrites à la main en petits caractères, sont parfois assez difficilement déchiffrables et leur interprétation peut être parfois douteuse.

Ces "Monographies" sont consultables en ligne sur le site des Archives Départementales.
On notera que l'instituteur Dumont écrit "Épéhy", suivant une prononciation locale, et non Épehy. Il s'agit, bien sûr, de réponses brèves à un questionnaire "passe-partout", qui nous laissent souvent "sur notre faim" ! Nous invitons le lecteur qui serait désireux d'approfondir quelques-un des sujets abordés, à se reporter aux textes publiés sur notre site, notamment dans l'Abécédaire > Le Village : "F comme Fermes" et "T comme Tisseurs", dans la rubrique "Au Fil des Ans", les articles "À l'approche du XXe siècle" et "Les débuts du XXe siècle", et pour la partie historique : "Les origines du village" et l'article "C comme Château".
Curieusement, à la question 36, l'instituteur ne fait aucune allusion à l'école communale dont Gabriel Trocmé, dans sa "Notice historique" décrit pourtant les bâtiments comme dangereusement précaires et malcommodes (voir notre article : "E comme École avant 1914").


Reproduction des 4 pages de la "Monographie" d'Épehy (A. D. de la Somme)
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Page 1
                                   Page 1

Page 2
                                       Page 2


 

Page 3
                                    Page 3

Page 4
                                       Page 4

(Transcription)

Page 1

NOTICE GEOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE
de la commune de Épéhy

REDIGEE PAR
M. A. Dumont
Instituteur

1. Étymologie ; Anciennes formes du nom :
En parlant des hameaux de Pezières ou du Riez, on aurait dit, paraît-il, Pezières et puis Le Riez, de là serait venu le mot Épéhy, par corruption, pour désigner la partie habitée entre ces deux hameaux et les reliant.
2. Situation :
Épéhy se trouve sur un plateau à l'extrémité des collines de Belgique. D'un endroit de son territoire relativement restreint, les eaux de pluie sont versées dans l'Escaut, la Somme et même la Tortille, affluent de cette dernière, par Heudicourt, Fins, Manancourt, où se trouvent ses sources.
3. Communes limitrophes :
Heudicourt, Gouzeaucourt (Nord), Villers-Guislain (N), Honnecourt (N), hameau Lempire (Aisne), Le Ronssoy, Villers-Faucon, Guyencourt-Saulcourt.
4. Superficie et population totale :
Superficie : 1731HA44
Population totale : 1685 hab.

 


Page 2

GÉOGRAPHIE PHYSIQUE

5. Nature du sol :
Argilo-calcaire
6. Relief :
106 m
7. Conditions climatiques :
Même climat que dans la région. En raison de l’altitude sans doute, le vent est… ?? Les vents du sud-ouest sont les plus fréquents.
8. Régime des eaux souterraines et superficielles :
Les puits ont 50 m de profondeur. L'eau est calcaire. Il n'y a pas d'eaux superficielles.
9. Influence maritime ; Côte : Néant.
10. Particularité de la flore et de la faune :
Épéhy est un pays de grande culture, sans bois, où il n'y a rien de particulier pour la flore et la faune.

GÉOGRAPHIE ADMINISTRATIVE

11. Chef-lieu de la commune ; son importance :
Épéhy . 1685 hab. Constructions bien agglomérées.
12. Hameaux ; Leur importance :
Les fermes de Malassise. 10 habitants.
13. Nombre d'électeurs ; Autres chiffres relatifs à la population :
533 électeurs
16 conseillers municipaux ; 7 memb(res) du B(ureau) de B(ienfaisance) ; 7 membres de la C(ommission) de l'hospice. Receveur municipal en même temps receveur du B(ureau) de B(ienfaisance) et de l'hospice.

14. Administration et finances municipales :
M.Clarens, receveur municipal.
Budget : recettes : 15000
dépenses : id (?)

15. Mandataires représentant la commune au dehors ; Renseignements divers :
Néant


Page 3

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

COMMUNICATIONS

16. Routes ; Communications du chef-lieu avec les hameaux  et les communes voisines ; Voies navigables :
Par 2 chemins de grande communication
1° N° 24, de Vermand à Cambrai ;
2° N°58 de Fins à Bellicourt
et par des chemins ruraux ordinaires

17. Voies ferrées ; Service postal, télégraphique et téléphonique :
1° Chemin de fer du Nord : 2° chemin de fer de Vélu-Bertincourt à Saint-Quentin. Il existe à Épéhy un bureau des postes et télégraphe.
18. Améliorations désirables :
On désire et on espère avoir bientôt le doublement de la voie sur la ligne du Nord.


AGRICULTURE

19. Superficie cultivée ; Catégories de sol exploité :
1644HA44
Argilo-calcaire. Très peu de terrain calcaire ?
20. Principales cultures :
On cultive le blé, le seigle, l'orge, l'avoine, le trèfle, la luzerne et beaucoup de betterave à sucre (autant que de blé).
21. Élevage ; Bétail et animaux de basse-cour :
On élève 350 à 400 moutons, environ 80 veaux chaque année. Le bétail consiste en chevaux, vaches, brebis et moutons. On engraisse environ 1000 moutons par an. Dans les fermes on (nourrit ?) beaucoup de poules, assez bien de canards et peu d'oies.
22. Apiculture, Sériciculture, Pisciculture, Ostréiculture :
Il existe dans le pays 75 ruches.
23. État de la propriété :
Les trois quarts des terres sont exploités par leur propriétaire. L'autre quart est loué aux cultivateurs.
24. Méthodes d'exploitation ; Outillage ; Progrès à réaliser :
Assolement biennal pour les terres de 1ère classe : blé, betteraves ; pour les autres terres, assolement triennal.
Instruments aratoires perfectionnés, par traction animale. Presque tout le battage est fait au moyen de batteuses à vapeur.

25. Pêche et chasse :
Perdrix et lièvres peu abondants. Pas de pêche.


INDUSTRIE

26 ; Mines ; Carrières ; Salines ; Eaux minérales :
Carrière de craie pour les besoins locaux.
27. Petite, moyenne et grande industrie :
Tissage à la main, laine et coton.
Un tissage mécanique mû par des moteurs à pétrole.

28. Améliorations et créations possibles :
Le salaire étant excessivement réduit, il serait à désirer que les droits d'importation fussent augmentés, notamment sur la laine, à cause de la concurrence étrangère.


COMMERCE

29 . Nature et valeur des produits exportés et importés :
Les produits agricoles et la production commerciale ne sortent pas de France.
30. Direction des courants commerciaux ; Marchés et Foires :
Le Nord pour les céréales ; Paris et Lille pour les animaux gras ; pas de foires ni de marchés à Épéhy.
31. Produits sans écoulement ; Débouchés à créer :
Néant


Page 4

APERÇU HISTORIQUE

ORIGINES

32. Temps préhistoriques. Antiquité gauloise et gallo-romaine.
Épéhy a été construit sur une route romaine. Des médailles trouvées dans des fouilles font remonter son origine à la conquête de la Gaule par Jules César. On a trouvé sur le territoire des tombes de cimetière gallo-romain.

MOYEN AGE

33. Époque gallo-franque. Époque féodale du IXè au XVIè siècle.
Il a existé à Épéhy un château appartenant aux Sohier du Vermandois. Ce château, ainsi que les propriétés qui en dépendaient, a été cédé à l'abbaye de Vaucelles en Cambrésis. Il était relié à cette abbaye par un chemin direct, dont on retrouve des traces. Cet état de choses a duré jusqu'à l"époque de la Révolution.

TEMPS MODERNES

34. Du XVIè siècle à la Révolution.


TEMPS ACTUELS

35. Grands faits. Hommes remarquables, etc.

36. Développement économique. Progrès de l'instruction, des institutions de prévoyance et de bienfaisance, etc. Mouvement de la population. Avenir possible de la commune.
La valeur de la propriété a augmenté.
L’instruction s'est développée.
Il existe à Épéhy une Section de la société mutuelle, la France prévoyante, fondée en 1886, approuvée par l'État.
Président : M. Legrand Anatole. 70 sociétaires.
Épéhy a un bureau de Bienfaisance dont le revenu est de 6408', et un hospice qui a environ 12000 f de revenus. Il n'est pas encore en (exercice ?). Les recettes du budget de la commune sont de 15000 fr. Depuis 20 ans la population a diminué de 400 h. Beaucoup de tisseurs sont partis travailler dans les tissages mécaniques de St Quentin. Elle est à peu près stationnaire depuis 11 années.


Vue générale et Conclusion

Commune riche, population laborieuse, exclusivement attachée aux travaux agricoles et au tissage à la main, pour le grand nombre. Il existe un tissage mécanique plus important. Le propriétaire se nomme Leriche. La rue principale est droite : elle a un kilomètre de long sur 14 m de large.
 


Date de création : 17/11/2012 @ 18h04
Dernière modification : 13/05/2013 @ 17h07
Catégorie : Petite bibliothèque
Page lue 628 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut