Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Fermer La reconstruction

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
26 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 09/05/2019 à 11h56

La reconstruction - a - Retour au village

Retour au village.

Les premiers candidats à la "réintégration", selon l'expression alors utilisée, arrivés au début de l'année 1919, connurent  des conditions de vie extrêmement précaires (un seul point d'eau potable au village, raconte Gustave Loy)

Lisons à ce propos le témoignage de l’épouse d’Auguste Despagne, cultivateur à Epehy, recueilli par C. Saunier. Date de réintégration : le 22 mars 1919. Retour à Épehy. Coucher dans la cave de l'hospice ( photo 1). Il y avait de la neige. Avec le ménage Pelletier  et le ménage Delaigle . Nous étions 9 civils ravitaillés par les Anglais.

Reconstruction_1_ruines_hospice.jpg

1 - Ruines de l'hospice.

Ainsi les habitants, qui avaient été évacués pour la plupart début 1917 à Berlaimont dans la forêt de Mormal entre le Valenciennois et l’Avesnois , reviennent au village.

Enfin essentiellement des hommes d’abord. Ils devaient coucher dans les caves avant de construire des bâtiments provisoires pour recevoir les familles.

Reconstruction_2.jpg

Photo 2 on voit les ruines de la grande rue mais quelques baraquements sont déjà visibles

Comme l’écrit Monsieur Trocmé, maire de l’époque, le spectacle des plaines d’Épehy n’était guère fait pour stimuler les courages et galvaniser les volontés ! Le bouleversement du sol y était tel que, dès 1919, sur le rapport de la Commission Spéciale chargée par M. le Préfet de la Somme de faire une enquête sur place, Épehy et ses alentours furent déclarés assimilés à la « zone rouge » : logés dans des abris sans nom, ravitaillés peu et parfois pas du tout, privés même d’eau potable, les réintégrés jetèrent bientôt un cri d’angoisse vers le Gouvernement. Leur appel fut entendu : M. le Préfet vint sur place s’enquérir par lui-même des besoins les plus urgents ; des ordres furent donnés et bientôt suivis d’exécution ; un four militaire roulant ; des denrées essentielles de ravitaillement , des abris en tôle (Nissen)  furent amenés, …

Reconstruction_3.jpg

Photo 3.  Monsieur Trocmé, Maire et Conseiller Général devant son abri Nissen

Reconstruction_4.jpg

Photo 4 Une famille devant son abri (du papier huilé fait office de vitres)

Reconstruction_5.jpg

Photo 5 le boulanger sous son tonneau

Puis les Anglais qui avaient bâti de véritables camps pendant la guerre avec une multitude de baraques Adrian et n'en n'avaient plus besoin, les cédèrent aux populations civiles sinistrées.  Elles remplacèrent avantageusement les abris Nissen.

Reconstruction_6.jpg

Photo 6 - une famille devant sa baraque Adrian

Reconstruction_7.jpgPhoto 7 - Une épicerie buvette dans une baraque Adrian

ruines_21.jpg

Photo 8 —La Grande Rue est  déblayée. On remarque une cabane Adrian  mais également à droite de la route, posés sur le sol, des rails destinés à un Decauville, ce petit chemin de fer à voie étroite qui joua un rôle si important  pour déblayer les gravats comme on peut le voir sur la  photo 9, ci-dessous,de 1923 elle, de la grande rue.

afa9_1b.jpg

Dès le retour, un sérieux problème s’était posé, celui de l'eau. La presque totalité des 22 puits du village avaient été empoisonnés et en partie comblés. Une petite équipe, trois hommes, un chevalet, une poulie, un treuil et ses câbles firent un travail formidable en nettoyant tous ces puits. 

afa7_8.jpg

Photo 10 - Dégagement des 18 à 20 puits par une équipe de 3 hommes.

 


Date de création : 10/04/2020 @ 15h44
Dernière modification : 11/04/2020 @ 13h59
Catégorie : La reconstruction
Page lue 58 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut