Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
19 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 17 - L'accident

17 – L'accident

Avec la photo ci-dessous, nous sommes face au n°16 de la Rue de la Fraîcheur, actuellement Rue Paul Dubois. Il s'agissait alors de la ferme d'Ernest et Andréa Vasseur .
C'est l'hiver, celui de 1932 ou 1933, marqué par un verglas peu habituel.
L'entreprise de battage Jules Drapier passe de ferme en ferme pour y battre le grain. La Rue de la Fraîcheur est, à cet endroit, en pente fort accentuée de façon à faire la jonction avec la Rue Neuve (cette pente est presque la même actuellement).
Au cours de son déplacement, la locomobile a glissé sur le côté et s'est renversée quand on a tenté de l’arrêter.

instant_17a.jpg
Photo 17 a. (Coll. René Vasseur et Claude Saunier)

Et voilà que se rassemble une foule de badauds et aussi de dépanneurs bénévoles. Chevalet, poulie et câbles sont installés par le charpentier Léon Pelletier, second personnage à gauche sur la photo, le premier étant M. Piermant, agriculteur. L'homme au centre, tenant le chevalet, n'est pas identifié. Jules Drapier est à l'extrême droite, difficilement visible.
Derrière la casquette de M. Piermant apparaît un jeune garçon à tête ronde et à l'air bien étonné : Raymond Émilien Ledez. Les autres personnes restent à identifier.

Photo 17 b. (Coll. C. Saunier)
Photo 17 b. (Coll. C. Saunier)

La photo 17 b, prise vers 1927-1928, évoque, cette fois, l'autre entreprise de battage d'Épehy, celle de René Delaplace. La ferme où elle se trouve est celle d'Auguste Despagne. Cette entreprise existait avant 1900, car elle est déjà mentionnée parmi les "Industries diverses" dans l'Annuaire de l'Administration Municipale du Canton de Roisel, et dans leur "Monographie" d'Épehy, l'instituteur Dumont et ses élèves écrivent, en 1900, que "presque tout le battage se fait au moyen de batteuses à vapeur"..
Comme il se doit, la locomobile est dehors (ce qui limitait les risques d'incendie) et la batteuse à l'intérieur de la grande grange où étaient stockées les gerbes ; cette grange a disparu il y a peu d'années.
De gauche à droite, les six premiers personnages sont d'abord le patron, René Delaplace, puis ses employés. Le 7° est Georges Delaplace (habitant près de l'église), le 8° avec sa longue fourche est Jean Despagne, la 9° Jane Despagne. Derrière celle-ci, un inconnu. Puis Auguste Despagne et son épouse Léa née Douay, et Augusta Despagne.

Photo 17 t. La locomobile (Coll. C. Saunier)
Photo 17 c. La locomobile (Coll. C. Saunier)

Debout, celle-là, la locomobile ci-dessus est, pensons-nous, celle de l'entreprise Delaplace. La personne devant, un seau à la main, est Paul Dubois, homonyme du résistant mort en 1944. Photo prise vers 1927-1928.
 


Date de création : 07/05/2010 @ 17h16
Dernière modification : 18/01/2011 @ 15h42
Catégorie : Instantanés
Page lue 914 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Haut