Sommaire

Fermer Petite bibliothèque

Fermer Les origines du village


L'abécédaire d'Épehy

Fermer Le village

Fermer Les champs

Fermer Instantanés

Fermer À propos de...

Fermer Au fil des ans...

Fermer Galerie de Portraits

Fermer 1914-2014, le centenaire

Fermer Courrier des Lecteurs

Recherche



Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
20 Abonnés
Annuaire de liens
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Record de visites

   visiteurs

Le 10/03/2013 à 04h08

Instantanés - 18 - La Boulange à Épehy

18 – La boulange à Épehy

La première photo (18a) est prise au n°14 de la Rue de la Fraîcheur (actuellement Rue Paul Dubois). Cette maison servait de boulangerie avant 1917.
Devant la cheval et la carriole, le boulanger Jules Guislain Vélu (né en 1855 à Villers-Guislain, décédé en 1917 à Berlaimont), Georgette Vélu, sa belle-fille, née Degouy en 1885 à Épehy, épouse de Joseph Jules Guislain Vélu (dit Jules, né en 1882), tenant dans les bras sa fille Georgette, tout bébé, née en 1911 (future épouse d'Olivier Masson), ce qui permet de dater cette photo de l'été 1911. Le boulanger tient par la main son neveu Gaston né en 1903, fils de sa sœur Julina Vélu et de Léon Marquant (propriétaires du "Café de la Mairie" Marquant-Vélu)1.
À gauche, le tablier de travail que porte le jeune garçon d'une quinzaine d'années donne à penser qu'il peut s'agir d'un apprenti. Le personnage à droite, non identifié, est peut être un ouvrier ou simplement un voisin.

Photo 18 a. Devant la boulangerie Vélu, vers 1912 (Coll. C. Saunier)
Photo 18 a. Devant la boulangerie Vélu, vers 1912 (Coll. C. Saunier).

Nous retrouvons sur la deuxième photo (18b), la carriole du boulanger stationnée devant l'hospice d'Épehy. Elle servait à faire du porte à porte pour livrer à chacun le pain quotidien, y compris sans doute à l'hospice.

Photo 18b. La carriole du boulanger devant l’hospice ( Carte postale, coll. C. Saunier).
Photo 18b. La carriole du boulanger devant l’hospice ( Carte postale, coll. C. Saunier).

Beaucoup de personnages sont venus poser pour la photo : cinq petites vieilles probablement pensionnaires de l'hospice, de même sans doute que trois hommes âgés dont deux s’appuient sur une canne. Ces huit personnes semblent d'ailleurs vêtues d'une sorte d'uniforme. Au fond, et aussi montés sur le mur, des enfants et des jeunes, et d'autres personnes encore derrière la grille.
Y avait-il une coopérative de panification avant 1914, ou s'agissait-il d'une affaire privée ?

Photo 18c. La  Rue Neuve, vue vers l'ouest, avant 1914 (Carte postale, coll. C. Saunier).
Photo 18c. La Rue Neuve, vue vers l'ouest, avant 1914 (Carte postale, coll. C. Saunier).

On pourrait s'y tromper. La maison ci-dessus, au n°41 de la Rue Neuve, ressemble beaucoup à celle de la boulangerie après 1919 et pourtant elle est antérieure à 1914. Mais il est vrai que, lors de la reconstruction, certaines maisons du village ont été reconstruites à l'identique ou presque.
L'homme qui nous regarde, à droite, est Fernand Trouvé, né en 1868, qui était coiffeur.

Photo 18d. Le boulanger Oculi Hamard (Coll. C. Saunier)
Photo 18d. Le boulanger Oculi Hamard (Coll. C. Saunier).

Avec le retour progressif au village de la population évacuée, on refit du pain à Épehy dès 1919. Le boulanger était Oculi Hamard et la boulangerie l'un des tonneaux Niessen qui ont abrité provisoirement les "réintégrés".

Un témoignage de la bonne marche de la Coopérative de Panification est donné par la photo suivante.
Elle nous présente le personnel et les dirigeants de la coopérative (le Conseil d'Administration ?) et a été prise sur la terrasse du Café-Hôtel Bulan, à la suite d'une réunion et sans doute d'un repas annuel.
C'était l'époque des pains à 3 et 5 livres. À chaque achat, le client recevait des tickets qui donnaient droit, à la fin de l'année, à une ristourne sous la forme d'un certain nombre de pains gratuits.

Photo 18e. Le personnel et les dirigeants de la Coopérative, vers 1939-1940 (Coll. C. Saunier).
Photo 18e. Le personnel et les dirigeants de la Coopérative, vers 1939-1940 (Coll. C. Saunier).

Identification des personnes (de gauche à droite) :
Debout : Henri Moreaux, le meunier-photographe (1867-1941), Arthur Dermy , un homme inconnu, Auguste Lempereur (1856-?), Cyrille Cocrelle, Virgile Dewastine l’hôtelier, un homme apparenté à la famille Deloffre, Adolphe Deloffre (le boulanger),
Assis : Nestor Mathieu, le jardinier (1881-1957), Albert Loy, un inconnu, Marguerite Deloffre née Isèbe, Michel Deloffre son fils, Albert Desmaret, agriculteur (1853-?), Alexis Franqueville, agriculteur (1864-1951), dit "Boum-boum" à cause de sa façon de parler.

À propos de Michel Deloffre, voici ce que nous écrit Jean-Michel Isèbe :
"Je connais Michel Deloffre, le fils de Marguerite (née Isèbe) et d'Adolphe. Il habite Ruyaulcourt, petit village du Pas-de-Calais à la limite de la Somme. Il a travaillé notamment dans la Garde Républicaine et a trois enfants que je connais également. J'ai connu Marguerite lorsque j'étais enfant à Épehy, la boulangerie de la Rue Neuve était voisine de la maison occupée par mes parents. Mes grands-parents paternels, Charles Isèbe et Marie-Thérèse née Copin, habitaient dans le haut de la Grande Rue (lui était plâtrier comme son propre père) et la famille Copin résidait dans la maison mitoyenne, y exerçant le métier de serrurier et ferronnier d'art."
 

Photo 18f.  Jean et Louisette
Photo 18f. Jean et Louisette Lenfant, 1979
(Photo C. Saunier, agrandissement A. Franqueville)

Avec la dernière photo se termine aussi l'histoire de la Boulangerie-Coopérative. Les derniers boulangers en furent Jean et Louisette Lenfant que l'on voit ici à l'occasion d'une fête. Personne ne prit la relève au décès du boulanger. Que sont devenues les "Parts sociales" des coopérateurs ?

Fig. 18g. Part sociale de 100 Francs de la Boulangerie Coopérative d'Épehy datée du 30 avril 1949,  au nom de Maurice Objois-Isèbe (Document aimablement communiqué par Michel Théry-Objois).

Fig. 18g. Part sociale de 100 Francs de la Boulangerie Coopérative d'Épehy datée du 30 avril 1949,
au nom de Maurice Objois-Isèbe (Document aimablement communiqué par Michel Théry-Objois).

 

 

 Note
1 Voir notre article "Hôtels après 1919", Fig.11 & 13. Merci à Thérèse Flament pour les précisions apportées sur la famille Vélu.
 

 


 


Date de création : 18/05/2010 @ 11h01
Dernière modification : 20/02/2014 @ 19h06
Catégorie : Instantanés
Page lue 933 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°4 

par Michel le 29/11/2010 @ 18h25

Un homme apparenté à la famille Deloffre est Isèbe Charles Ovide, père de Marguerite Deloffre Isèbe et de Marie Thérèse Objois Isèbe. Je ne suis pas d'accord avec Jean Michel et j'espère qu'il ne m'en voudra pask, mais l'enfant à côté de Marguerite est son premier fils René Deloffre.
  Bravo pour votre site c'est un excellent travail.

Réaction n°3 

par francine le 02/08/2010 @ 18h34

Une erreur ds ma réponse d'hier soir : Nestor Mathieu est décédé en août 1957. En 1950, c'était sa première grande hémorragie cérébrale qui m'avait évidemment choquée car inattendue...et découverte qd je rentrais d'une période amiénoise d'examens : ds la foulée, le BEPC et le Concours de l'Ecole Normale qui me permettrait d'aller jusqu'au bac si je le réussissais. Voilà : vous savez tout !

Réaction n°2 

par francine le 02/08/2010 @ 00h39

Juste pour combler un blanc : Nestor Mathieu est décédé en juillet 1950 . Je suis allée longtemps acheter le pain à la coopérative, nantie d'un carnet où Mme Deloffre notait l'achat . Pr la ristourne... J'y allais parfois en trotinette, si ça peut vous faire sourire !!!De la gare, ce n'était pas mal... Francine D.

Réaction n°1 

par isebe le 23/05/2010 @ 10h27

Je connais Michel DELOFFRE le fils de Marguerite(nee ISEBE) et d Adolphe.Il habite Ruyaulcourt petit village du Pas de Calais a la limite de la Somme. Il a travaille notamment dans la Garde Republicaine et a 3 enfants que je connais egalement. J ai connu Marguerite lorsque j etais enfant a Epehy,la boulangerie de la rue neuve etait voisine de la maison occupee par mes parents. Mes grans parents paternels Charles ISEBE et Marie Therese nee COPIN habitaient dans le haut de la grande rue(lui etait platrier comme son propre pere) et la Famille COPIN residait dans la maison mitoyenne,y exercant le metier de serrurier et de ferronnier d art! Felicitations pour votretravail et votre obstination,poursuivez dans cette voie,pas toujours tres aisee,je le concois. Cordialement.  Jean-Michel ISEBE.

Haut